Chapitre 1 - Introduction

FIGURE 1 : Adaptation et atténuation dans le contexte du changement climatique (tiré de Smit et al, 1999).

FIGURE 1 : Adaptation et atténuation dans le contexte du changement climatique (tiré de Smit et al, 1999).

[image agrandie] | [version textuelle]

Le climat de la Terre est en évolution. Des écrits scientifiques de plus en plus abondants fournissent des indications sans équivoque du réchauffement planétaire, associé aux changements que l'on observe dans divers autres paramètres du climat, notamment les régimes de précipitations et les phénomènes climatologiques extrêmes (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, 1995, 2001a, 2007a). Ces changements ont actuellement des effets observables sur les syst èmes naturels et humains (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, 2007b), et des implications importantes pour la société, l'économie et l'environnement. Cet important corpus de connaissances scientifiques a aidé à mettre au point une gamme d'initiatives stratégiques, tant locales que mondiales, visant les causes et les conséquences du changement climatique.

Bien qu'il soit admis qu'à la fois des facteurs naturels et l'activité humaine exercent une influence sur le climat à l'échelle planétaire, les causes prédominantes des changements du climat observés depuis le milieu du XXe siècle sont la combustion de combustibles fossiles et les changements en matière d'utilisation des terres (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, 2007a). On s'attend à ce que ces activités humaines continuent à exercer une influence plus importante que les facteurs naturels tout au long du pr ésent siècle et, par la suite, et à ce qu'elles induisent des taux de réchauffement planétaire dépassant largement ceux que l'on a connus au cours des derniers millénaires (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, 2007a). Il est critique de réduire, ou d'atténuer, pour reprendre le terme utilisé dans les écrits sur le changement climatique, les émissions de gaz à effet de serre si l'on veut limiter la vitesse et l'ampleur du changement climatique à venir. Toutefois, compte tenu de l'inertie du système climatique de la Terre, la planète est vouée à subir les effets du changement climatique qui ne peuvent que se poursuivre; les températures et le niveau de la mer monteront inévitablement, quels que soient les efforts mondiaux consacrés à la limitation des émissions de gaz à effet de serre (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, 2007a). Ainsi, l'adaptation constitue l'unique réponse aux répercussions actuelles et à court terme du changement climatique (GIEC, 2007b).

De plus, l'adaptation présente généralement des avantages à l'échelle locale qui se matérialisent relativement vite après la mise en œuvre des mesures, contrairement à l'atténuation dont les avantages sont, pour la plupart, d'échelle mondiale et généralement longs à se concrétiser (Füssel et Klein, 2006), bien que certains avantages secondaires puissent se manifester presque imm édiatement. Néanmoins, ces deux types de mesures sont des réponses stratégiques essentielles et complémentaires face aux défis que pose le changement climatique (voir la figure 1). Le nombre de mesures d'adaptation requis et leur coût sont directement fonction de la vitesse et de l'ampleur des changements du climat. Il est nécessaire d'adopter des mesures d'atténuation pour éviter les pires impacts du changement climatique (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'evolution du climat, 2007b) et accro ître la faisabilité de mesures d'adaptation efficaces.

Dans le présent rapport, l'expression « changement climatique » désigne tout changement du climat avec le temps, qu'il soit induit par des facteurs naturels, l'activité humaine ou les deux. Cet emploi est le même que celui qui en est fait par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, mais diffère de la définition de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, selon laquelle les changements de climat sont attribu és directement ou indirectement à une activité humaine altérant la composition de l'atmosphère mondiale, et viennent s'ajouter à la variabilité naturelle du climat.

L'adaptation désigne toute modification d'un système ou d'un processus en réponse à des changements du climat : modification de nos décisions, de nos activités et de nos façons de penser pour nous permettre de nous adapter à des changements observés ou prévus du climat, dans le but de modérer les dommages ou de tirer avantage de nouvelles possibilités (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, 2001b). Il ne s'agit pas d'une idée nouvelle; en effet, les êtres humains et les écosystèmes se sont toujours adaptés au climat et à son évolution. Les écosystèmes naturels s'adaptent spontanément aux effets du climat, tandis que les systèmes humains peuvent également le faire en prévision des changements du climat (Smithers et Smit, 1997). La notion d'adaptation est simple, mais le processus est complexe au sein des systèmes humains. De plus, les mesures d'adaptation sont très diverses et peuvent comprendre, par exemple, des changements comportementaux, des modifications op érationnelles, des interventions technologiques, de nouvelles pratiques d'investissement et de planification, des lois et des règlements, et représenter des coûts financiers et plus encore (voir Smit et al., 2000; Füssel et Klein, 2006). Une vaste gamme de facteurs sociaux, économiques et environnementaux (voir le chapitre 2) détermine les mesures d'adaptation les plus appropriées pour tout problème donné. Dans nombre de situations, l'adaptation exigera une planification soignée, guidée par la recherche scientifique sur le changement climatique et une compréhension approfondie des systèmes en jeu.