ARCHIVÉE - Agroalimentaire - Particularités de l'intégration des procédés

Information archivée dans le Web

Information identified as archived on the Web is for reference, research or recordkeeping purposes. It has not been altered or updated after the date of archiving. Web pages that are archived on the Web are not subject to the Government of Canada Web Standards. As per the Communications Policy of the Government of Canada, you can request alternate formats. Please "contact us" to request a format other than those available.

Télécharger le document complet (Document pdf, 445,4 Ko)

Serge Bédard, CanmetÉNERGIE
Linnoff March


Numéro CTEC 2003-120 / 2003-09-12

Résumé

L’intégration des procédés est une approche efficace qui permet de réduire la consommation d’énergie d’installations industrielles complexes et de grande envergure. Les techniques d’intégration des procédés permettent de sélectionner ou modifier les étapes d’un procédé, ainsi que la façon dont ses différentes parties sont inter-connectées et interagissent, dans l’objectif de minimiser l’utilisation des ressources (principalement l’énergie, mais aussi l’eau et l’hydrogène). Parmi les techniques d’intégration des procédés, l’analyse Pinch est celle qui est le plus fréquemment utilisée.

La qualité de la production est une préoccupation constante dans le secteur agroalimentaire. Naturellement, cette préoccupation conduit à une résistance à des changements dans la conduite d’un procédé, dans la crainte que cela n’affecte la qualité des produits. Cependant, une analyse d’intégration des procédés peut très bien être menée en évitant de proposer des modifications qui pourraient nuire à la qualité des produits.

Dans l’industrie agroalimentaire, on trouve des procédés discontinus et continus. Une analyse d’intégration des procédés peut s’appliquer aussi bien à des procédés discontinus, semi-continus que continus, et fournir dans tous les cas, des résultats pratiques et réalistes. Dans un procédé discontinu ou semi-continu les économies d’énergie peuvent nécessiter un stockage thermique si, dans le procédé, les besoins de chaleur n’arrivent pas en même temps qu’un rejet thermique. De plus, en modifiant la séquence des opérations d'un procédé discontinu (« process scheduling »), on peut non seulement augmenter les possibilités de récupération d'énergie, mais on peut également identifier des opportunités d’augmenter la capacité de production. Dans les procédés en continu, les économies d’énergie peuvent être obtenues par une récupération directe de chaleur entre les différents flux de matières intervenant dans le procédé. On peut aussi utiliser de nouveaux systèmes de récupération d’énergie comme une boucle d’eau chaude (récupération indirecte).

Une analyse d’intégration des procédés doit s’intéresser plus particulièrement aux opérations suivantes :

  • évaporation, concentration, distillation
  • séchage
  • pasteurisation
  • cuisson, brassage, etc.
  • réfrigération
  • nettoyage des équipements et de la tuyauterie

Pour en apprendre davantage au sujet des activités de CanmetÉNERGIE reliées aux procédés industriels, visitez la section Optimisation des procédés industriels du site web.