Marché du gaz naturel en Amérique du Nord : Perspectives pour la saison de chauffage d'hiver 2012-2013

SOMMAIRE

Pour la saison de chauffage d'hiver allant du 1er novembre 2012 au 31 mars 2013, les consommateurs peuvent s'attendre à ce que les prix du gaz naturel demeurent relativement bas comparativement aux niveaux de la période 2000-2011. Malgré une demande de base plus élevée visant le chauffage des locaux, les facteurs suivants exerceront un effet modérateur sur le prix du gaz naturel :

  • maintien des niveaux élevés de production de gaz naturel en Amérique du Nord;
  • ralentissement de la croissance économique, baisse de la demande de gaz naturel;
  • niveaux records des stocks.

Selon un ensemble de prévisions d'experts-conseils, on s'attend à ce que les prix de gros de référence du gaz naturel en Alberta demeurent bas, se situant en moyenne à 2,90 $ CAN par gigajoule (GJ) durant la saison de chauffage 2012-2013. Un gigajoule représente environ 26,6 mètres cubes de gaz naturel. Les prix totaux du gaz naturel pour les consommateurs finaux comprennent le prix de gros (souvent appelé « coût des produits de base » sur la facture du consommateur), mais également les coûts de transport par pipeline, de stockage, de distribution et d'autres coûts, et sont plus élevés. Toutefois, la majeure partie de la variation des prix du gaz naturel pour les propriétaires est imputable aux variations des prix de gros, tandis que les autres composantes sont relativement stables.

Un certain nombre de tendances clés caractérisent le marché du gaz naturel en Amérique du Nord actuellement : les producteurs continuent de cibler les gisements de gaz non classiques (gaz de schiste) et en particulier ceux qui sont riches en liquides de gaz naturel, les niveaux des stocks de gaz naturel atteignent des sommets, la production de gaz naturel aux États-Unis continue de grimper, la production au Canada s'est stabilisée et les prix demeurent bas en termes absolus et relatifs comparativement à d'autres combustibles comme le mazout de chauffage résidentiel.

PRIX

Le prix mensuel de gros de l'indice AECO (Intra-Alberta) du gaz naturel s'est établi en dessous de trois dollars CAN par gigajoule ($ CAN/GJ) au cours des 10 premiers mois de 2012. Les prix mensuels ont varié de 1,57 à 2,99 $ CAN/GJ et par rapport à 2011, le prix moyen CA (cumul annuel) du gaz naturel de l'indice AECO, soit 2,13 $, a baissé de presque 40 %.

prix mensuels
Le graphique montre qu’au cours des neuf premiers mois de 2012, les prix mensuels ont oscillé entre 1,57 et 2,99 $ CAN/GJ, et comparativement à 2011, le prix moyen du gaz naturel de l’indice AECO a baissé presque 40 % à ce jour (en date d’octobre). Les prix actuels du gaz naturel sont relativement bas par rapport aux normes historiques.
 

APPROVISIONNEMENT EN GAZ NATUREL

La croissance de l'approvisionnement en gaz naturel en Amérique du Nord se poursuit, surtout en raison de la hausse de la production de gaz de schiste aux États-Unis. Depuis 2005, la production de gaz naturel aux États-Unis s'est accrue de 27 % et selon les données cumulées de l'année (jusqu'en juillet), la production a augmenté de plus de 6 % par rapport à la même période l'an dernier.

La U.S. Energy Information Administration (EIA) prévoit que, d'ici la fin de l'année 2012, la production commerciale de gaz naturel aux États-Unis augmentera de 4 % et de 1 % supplémentaire en 20131.

année à jour
Le graphique indique la production nord-américaine annuelle de gaz naturel depuis 2005 et l’information à ce jour (en date de juillet). Contrairement au Canada où la production de gaz naturel a chuté de 16 %, la production américaine de gaz naturel a augmenté de 27 % durant la même période. L’approvisionnement en gaz naturel continue de progresser compte tenu d’une production accrue de gaz de schiste aux É.-U.
 

Bien que la production aux É.-U. ait augmenté depuis 2005, la production de gaz naturel au Canada a chuté de 16 % durant la même période. Les niveaux de production se sont stabilisés l'an dernier, avec une modeste augmentation de 0,5 %. Cette augmentation s'est produite malgré une diminution de 23 % du nombre de puits de gaz naturel forés en 2011 par rapport à 2010. Jusqu'en juillet 2012, les niveaux de production au Canada sont près de 4 % inférieurs aux niveaux à la même période l'an dernier.

Au cours des dernières années, on a observé une production par puits en hausse au Canada. Une plus grande production par puits est due au recours accru au forage horizontal et à la fracturation hydraulique, ce qui permet de plus hauts niveaux de production par puits.

puits forés chaque année
Le graphique indique le nombre de puits forés annuellement entre 2001 et 2011, variant d’un sommet de plus de 15 500 puits en 2004 à un bas niveau d’un peu moins 4 500 en 2011. Le graphique indique également le nombre de mètres forés par puits qui a augmenté, passant de moins de 1 000 mètres par puits en 2002 à plus de 2 100 mètres en 2011.
 

Le scénario médian de L'Office national de l'énergie (ONE) prévoit que la production canadienne de gaz naturel restera relativement stable de 2011 à 2012 puis chutera de 4 % en 20132.

La croissance de la production de gaz naturel au Canada accuse un retard par rapport à celle des États-Unis, surtout en raison de l'immaturité relative de l'exploitation du gaz de schiste au Canada et en raison des bas prix du gaz naturel. Aux États-Unis, les incitatifs en vue d'exploiter les ressources rapidement (p. ex. les droits fonciers expirent à défaut d'être exploités) ont également été un facteur. Alors que l'exploitation du gaz de schiste prend de l'ampleur au Canada, de nombreux d'analystes estiment que la production canadienne totale de gaz naturel s'accroîtra.

STOCKAGE

Le volume des stocks de gaz naturel suit un rythme saisonnier. L'été, lorsque la demande de gaz naturel est faible, le gaz est injecté dans des réservoirs de stockage. Les volumes des stocks atteignent un sommet en automne et diminuent progressivement au cours de l'hiver pendant les périodes de demande de chauffage de pointe.

niveaux mensuels de stockage de gaz naturel au Canada
Le graphique montre les niveaux mensuels de stockage de gaz naturel au Canada pour 2007 jusqu’en octobre 2012. La tendance montre que le stockage s’accumule entre avril et octobre et que les approvisionnements diminuent progressivement entre novembre et mars. Le graphique indique que les niveaux de stockage à ce jour (en date d’octobre) pour 2012 sont considérablement plus élevés que les niveaux de stockage durant chacune des cinq dernières années.
niveaux mensuels de stockage du gaz naturel aux É.-U.
Le graphique indique les niveaux mensuels de stockage du gaz naturel aux É.-U. jusqu’en juillet 2012. La tendance montre que le stockage s’accumule entre avril et octobre et que les approvisionnements diminuent progressivement entre novembre et mars. Le graphique indique que jusqu’en juillet 2012, les niveaux de stockage pour 2012 sont plus élevés que les niveaux de stockage durant chacune des cinq dernières années.
 

Les niveaux des stocks de gaz naturel en Amérique du Nord ont largement dépassé leur niveau maximum des cinq dernières années jusqu'en 2012. Au Canada, les niveaux des stocks d'octobre 2012 étaient 10 % au-dessus de ceux de la même période l'an dernier, les installations de stockage étant maintenant à 98 % de leur capacité.3Aux États-Unis, les niveaux des stocks en juillet 2012 étaient 17 % au-dessus de ceux de la même période l'an dernier. L'EIA « prévoit que les niveaux des stocks à la fin d'octobre 2012 atteindront un sommet ».4 De forts niveaux de stocks ne sont qu'un indicateur parmi d'autres que le marché du gaz naturel en Amérique du Nord est bien approvisionné et que les stocks de gaz naturel devraient être largement suffisants pour réagir face à des changements inattendus dans la demande cet hiver, ce qui contribuera à une certaine stabilité du marché et à des prix modérés.

DEMANDE DE GAZ NATUREL

La demande intérieure de gaz naturel au Canada se répartit entre divers secteurs. La consommation industrielle représente la demande la plus élevée à 62 %, suivie par la consommation résidentielle (22 %) et la consommation commerciale (16 %).5 Au cours de la saison de chauffage à venir, la conjoncture économique constituera le principal déterminant de la demande de l'industrie, alors que les conditions climatiques, et les besoins de chauffage des locaux au cours de l'hiver détermineront la demande des secteurs résidentiel et commercial.

CONDITIONS CLIMATIQUES

Les consommateurs résidentiels et commerciaux sont à l'origine de l'utilisation de 38 % du gaz naturel livré au Canada, principalement aux fins de chauffage des locaux. Près de la moitié des foyers canadiens comptent sur le gaz naturel comme combustible de chauffage des pièces.6 Un hiver inhabituellement froid tend à exercer une pression à la hausse sur le prix du gaz naturel, tandis qu'un hiver doux tend à diminuer la demande de gaz naturel, exerçant ainsi un effet modérateur sur les prix.

L'aperçu des températures d'Environnement Canada pour les mois de décembre, janvier et février prévoit des températures plus basses que d'habitude en Colombie-Britannique. On prévoit également que des régions de la côte est devraient présenter des températures plus élevées que d'habitude. Cependant, étant donné que des températures normales sont prévues pour la majeure partie du pays, les conditions climatiques ne devraient pas fortement influer sur les prix.

On s'attend également à ce que les températures aux É.-U. retournent à leurs valeurs moyennes cet hiver. La U.S. EIA prévoit une hausse de 14 % de la consommation résidentielle de gaz naturel cet hiver par rapport à l'hiver dernier. Le Midwest, le nord est et le sud des É.-U. devraient connaître un hiver plus chaud que la moyenne, bien qu'on s'attende toujours à ce que les températures soient de 20 à 27 % inférieures à celles du doux hiver de l'an dernier. L'ouest des É.-U. devrait connaître un hiver similaire à celui de l'an dernier.7

perspectives de température
L’image donne l’aperçu des températures pour les mois de décembre, janvier et février d’Environnement Canada, tel que publié le 31 octobre 2012. Il prédit que la Colombie-Britannique connaîtra des températures sous la normale, tel qu’indiqué en bleu, et les parties de la côte Est devraient connaître des températures au-dessus de la moyenne, tel qu’indiqué en rouge. Des températures normales sont prévues pour le reste du pays cet hiver, tel qu’indiqué en blanc.
 

CONJONCTURE ÉCONOMIQUE

Les utilisateurs industriels consommant 62 % du gaz naturel livré au Canada, l'économie peut produire un effet important sur les prix du gaz naturel. Dans son Rapport sur la politique monétaire d'octobre 2012, la Banque du Canada a indiqué que la conjoncture financière mondiale s'était améliorée au cours des derniers mois, mais qu'elle restait fragile. L'économie canadienne devrait reprendre à pleine capacité d'ici la fin de 2013. On s'attend à ce que la croissance de l'économie canadienne atteigne 2,2 % en 2012 et 2,3 % en 2013, comparativement aux prévisions de croissance économique aux É.-U. de 2,1 % en 2012 et de 2,3 % en 2013.8 Compte tenu de la croissance économique limitée durant cette saison de chauffage, la croissance de la demande industrielle ne devrait pas produire d'effet marqué sur le prix du gaz naturel.

EXPORTATIONS ET IMPORTATIONS

Le Canada fait partie d'un marché nord-américain du gaz naturel totalement intégré dans lequel le gaz naturel circule et passe les frontières sans contraintes entre les bassins d'approvisionnement et les centres de demande.

Les exportations de gaz naturel du Canada continuent de baisser. Cent pour cent des exportations canadiennes sont destinées aux É.-U. et avec leur production en essor, les É.-U. dépendent moins du gaz naturel canadien pour répondre à leur demande intérieure. Les exportations en date de juillet 2012 sont inférieures de 5,2 % à celles de la même période l'an dernier.

Les consommateurs canadiens de gaz naturel bénéficient d'une production accrue aux É.-U. sous forme d'importations accrues de gaz naturel à faible coût des É.-U. Les importations à ce jour (en date de juillet) sont à un niveau similaire à celui des importations à la même période l'an dernier.9

importations et les exportations canadiennes annuelles de gaz naturel
Le graphique montre les importations et les exportations canadiennes annuelles de gaz naturel depuis 2005 et l’information à ce jour (en date de juillet). Les exportations de gaz naturel ont diminué de 13 % depuis 2005, tandis que les importations ont augmenté de 164 % au cours de la même période.
 

PERSPECTIVES À COURT TERME SUR LES PRIX

Sur la base d'une moyenne des prévisions d'experts-conseils, on prévoit que le prix de gros mensuel de l'indice AECO sera de 2,90 $ CAN/GJ en moyenne, variant de 2,66 à 3,05 $ CAN/GJ au cours de la saison de chauffage 2012-2013. Si cette plage de prix prévue s'avère juste, les prix du gaz naturel seront légèrement supérieurs à ceux en vigueur au cours de la saison de chauffage de l'an dernier, au cours de laquelle on observait un prix moyen de 2,41 $ CAN/GJ variant de 1,72 à 3,07 $ CAN/GJ. Les conseillers de l'industrie prévoient des prix de gaz naturel plus élevés en 2013, soit un prix moyen projeté de 3,45 $ CAN/GJ – une augmentation de 60 % par rapport au prix moyen prévu de 2,15 $ CAN/GJ pour 2012.

AECO perspectives de prix du gaz naturel
Le graphique montre les prévisions moyennes et la fourchette de prévision des prix de l’indice AECO d’octobre 2012 à avril 2013. Le prix moyen prévu est de 2,66 $/GJ en novembre et de 3,23 $/GJ en avril. Contrairement à la tendance à la hausse des prix prévus de 2012-2013, le graphique montre également les prix 2011-2012 qui ont baissé, passant de 3,41 $/GJ en septembre 2011 à 1,76 $/GJ en avril 2012.

Bien que les prix puissent être plus élevés que ceux de l'an dernier, les prix du gaz naturel sont encore bas par rapport aux prix historiques et par rapport à d'autres combustibles comme le mazout de chauffage résidentiel.

 

U.S. EIA, Short Term Energy Outlook, octobre 2012 (Tableau 5a).

Office national de l’énergie, Productibilité à court terme du gaz naturel au Canada 2012-2014, Évaluation du marché de l’énergie, avril 2012. http://www.neb-one.gc.ca/clf-nsi/rnrgynfmtn/nrgyrprt/ntrlgs/ntrlgsdlvrblty20122014/ntrlgsdlvrblty20122014-fra.pdf (p. 9).

3 Platts, “Gas Daily”, numéro du 29 octobre 2012.

4 U.S. EIA, Short Term Energy Outlook, octobre 2012 (p. 9)..

5 Le tableau CANSIM 129-0002 de Statistique Canada, Arrivages et utilisation du gaz naturel, mensuel (mètres cubes), données de 2010. Consulté en octobre 2011. Les données sectorielles comprennent les ventes directes.

6 RNCan, Guide de données sur la consommation d'énergie, 1990 à 2009, janvier 2012 (p. 33).

7 U.S. EIA, Short Term Energy Outlook, octobre 2012 (p. 1).

9 Office national de l’énergie, Statistique sur les produits de base.