POSSIBILITÉS DE GESTION DE L'ÉNERGIE – CONSEILS

Aborder la gestion de l'énergie en faisant preuve d'ouverture d'esprit afin d'évaluer de manière critique les pratiques acceptées dont certaines peuvent s'avérer inefficaces. La curiosité et la prise de conscience, ce que l'on tente d'encourager dans le présent chapitre, ainsi que l'imagination et l'aide de spécialistes peuvent se traduire par de nombreux avantages en matière de réduction de la consommation et des coûts de l'énergie.

Les « possibilités de gestion de l'énergie » permettent de déterminer comment consommer l'énergie intelligemment afin d'économiser de l'argent et de limiter les répercussions sur l'environnement. Ce chapitre présente des idées éprouvées qui peuvent permettre d'améliorer le fonctionnement des systèmes de chauffage. Choisir les possibilités de gestion de l'énergie dans les listes correspondant à la situation donnée et les combiner à d'autres mesures d'efficacité énergétique.

Nota

  • Les conseils se rapportant aux possibilités de gestion de l'énergie sont répartis en trois caté-gories. La différence de prix entre les possibilités à faible coût et les remises à neuf dépend de l'importance, du type et de la politique financière de l'organisation. L'entretien des locaux représente la troisième catégorie.
     
  • En raison des diverses circonstances, il est impossible d'indiquer quand une possibilité de gestion de l'énergie sera rentable. En général, on peut s'attendre cependant à ce que les possibilités de remise à neuf présentent la période de récupération de l'investissement la plus longue.

LES POSSIBILITÉS DE GESTION DE L'ÉNERGIE RELATIVES À L'ENTRETIEN DES LOCAUX constituent des activités de gestion de l'énergie à effectuer régulièrement, soit au moins une fois par an.

  • Faire fonctionner de manière efficace l'équipement d'exploitation utilisant un jet de vapeur en aval (ou un fluide chauffant) grâce à l'établissement d'une planification et d'un suivi adéquats de la production.
     
  • Essayer de faire fonctionner l'équipement d'exploitation utilisant un jet de vapeur en aval (ou un fluide chauffant) à plein rendement.
     
  • Au besoin, mettre hors service l'équipement utilisant un jet de vapeur en aval (ou fluide chauffant).
     
  • Essayer de stabiliser la demande en chauffage en révisant le calendrier de demande d'exploitation. Ainsi, on minimise les variations de charge des chaudières et on optimise leur rendement. Essayer de faire fonctionner les chaudières à pleine charge.
     
  • Préserver la qualité de la vapeur grâce à un programme régulier de traitement chimique de l'eau et au régime de purge. S'assurer que l'équipement de désaération de l'eau d'alimenta-tion et les évents de la tuyauterie de la vapeur fonctionnent de manière adéquate.
     
  • Contrôler régulièrement les combustibles de gaz de carneau et l'excédent d'air comburant. Effectuer les réglages en fonction des conditions changeantes.
     
  • Vérifier et éliminer l'entrée d'air indésirable dans la chaudière et le système d'évacuation du gaz de carneau.
     
  • S'assurer que le réglage des brûleurs est toujours adéquat.
     
  • Assurer d'excellentes conditions de fonctionnement pour ce qui est des dispositifs de régulation de l'air et du combustible.
     
  • Calibrer l'équipement et les instruments de mesure, et mettre régulièrement au point le système de contrôle de la combustion.
     
  • Vérifier régulièrement tous les réglages des commandes.
     
  • Vérifier régulièrement le rendement de la chaudière.
     
  • Surveiller régulièrement les données liées au rendement de la chaudière et les comparer aux normes et aux objectifs.
     
  • Appliquer des programmes de suivi et d'entretien préventif pour la chaudière et les systèmes de distribution de chaleur et de récupération de condensat.
     
  • Vérifier les surfaces de transfert de chaleur mouillées et celles exposées aux flammes lorsque l'installation de chauffage est hors service. Maintenir les surfaces propres.
     
  • S'assurer que l'équipement anti-encrassement pour les parois exposées aux flammes fonctionne de manière adéquate.
     
  • Vérifier de façon routinière l'intégrité du circuit de vapeur et de condensat (circuit d'alimentation et de retour de fluide chauffant) et de l'équipement connexe. Faire une inspection des locaux, afin de vérifier, à l'aide d'équipement de détection appro-prié (par exemple, détecteur ultrasonique, tiges d'écoute, pyromètre et stéthoscope), s'il y a des fuites de vapeur qui doivent être réparées. Réparer ces fuites.
     
  • Établir un programme et des procédures d'inspection et d'entretien des purgeurs de vapeurs.
     
  • Vérifier l'isolation contre la pénétration d'eau. Localiser la source d'humidité (par exemple un tuyau qui fuit) et résoudre le problème.
     
  • Remplacer ou réparer toute isolation ou recouvrement d'isolation manquant ou endommagé.
     

LES POSSIBILITÉS DE GESTION DE L'ÉNERGIE À FAIBLE COÛT sont des activités de gestion effectuées une seule fois à un coût raisonnable.

  • Établir et mettre en oeuvre des procédures de fonctionnement et des instructions de travail. Au besoin, former les opérateurs de chaudières et d'autres employés. Sensibiliser tous les employés à la question de l'efficacité énergétique.
     
  • Faire fonctionner la chaudière (le système de chauffage) à la pression de vapeur (ou tempéra-ture de fluide chauffant) la plus faible répondant aux besoins du processus de production. À cette fin, il peut être nécessaire de modifier le proces-sus, l'installation et l'équipement.
     
  • Vérifier si le type d'établissement ou d'industrie génère des sous-produits combustibles comme des résidus d'écoulement d'hydrogène, d'oxygène, de monoxyde de carbone, de biogaz ou d'hydrocarbures, ainsi que de la biomasse, qui pourraient alimenter à peu de frais la chaudière.
     
  • Ajouter de l'équipement de mesure, de comptage et de contrôle à la chaudière et aux systèmes de distribution de la chaleur afin d'évaluer les débits de combustible, de vapeur, de fluide chauffant, de condensat et de purge.
     
  • Optimiser l'emplacement des capteurs. S'assurer que les dispositifs de contrôle et de détection sont facilement accessibles.
     
  • Placer des dispositifs de verrouillage sur les commandes afin d'éviter les manipulations et les réglages non autorisés.
     
  • Envisager de commencer un programme de mesure et de ciblage permettant une meilleure gestion de la consommation d'énergie thermique (et autres services) dans l'ensemble des établissements.
     
  • Réparer, remplacer ou ajouter des évents (par exemple, les évents thermostatiques).
     
  • Envisager la récupération de chaleur provenant de l'eau de purge par l'utilisation de réservoirs de décompression pour produire de la vapeur d'eau à basse pression à partir de la purge, et l'utiliser dans d'autres applications de chauffage telles le désaéra-teur. Se servir de l'eau restant dans l'échangeur de chaleur pour préchauffer l'eau d'appoint.
     
  • Remettre en état les postes de réduction de pression de vapeur.
     
  • Considérer les moyens permettant de capter le rayonnement thermique et la chaleur par convection de la calandre de chaudière pour le préchauffage de l'air comburant. Penser aux avantages économiques de ces mesures.
     
  • Relocaliser l'entrée d'air comburant dans un endroit où l'air entrant bénéficie de la température la plus élevée possible tout au long de l'année.
     
  • Optimiser les dispositifs de régulation de combustible et d'air.
     
  • Isoler les tuyaux, les brides de soutien, les raccords et les autres équipements de manière efficace en utilisant une épaisseur d'isolation qui est économiquement avantageuse. Au besoin, améliorer l'isolation.
     
  • Vérifier si la fonction de purge du circuit de récupération de vapeur et de condensat de vapeur (ainsi que les serpentins de chauffage et tout autre équipement utilisant la vapeur) est adéquate. Cette mesure permet d'éliminer le coup de bélier, les pertes et les dommages.
     
  • Mettre hors service le système de canalisation de vapeur et de condensat lorsqu'il n'est pas utilisé.
     
  • Rechercher des possibilités de rationaliser et de moderniser le circuit de vapeur et de condensat. Si possible, examiner les plans existants de la tuyauterie de l'installation ou effectuer une inspection des locaux. S'assurer d'abord que les tuyaux désuets, inutilisés ou en surnombre peuvent être isolés du reste du système, et enlever ensuite les pièces inutiles.
     
  • Établir un programme visant le remplacement du purgeur de vapeur d'eau.
     

LES POSSIBILITÉS DE GESTION DE L'ÉNERGIE relatives aux remises en état représentent des activités effectuées une seule fois à un coût important.

  • Réévaluer s'il y a des possibilités d'éliminer ou de réduire l'utilisation de vapeur ou de fluide chauffant dans les installations et dans l'industrie. Dans l'affirmative, effectuer des modifications ou adopter une technologie ou un équipement de production neuf. Par exemple, remplacer la pasteurisation par une filtration et un remplissage dans des conditions stériles. En plus de la chaleur, il est également possible d'utiliser d'autres sources telles une pompe géothermique, des murs Trombe ou le stockage thermique.
     
  • Remplacer les chaudières désuètes par des appareils à haut rendement, peu polluants et équipés de brûleurs de nouvelle technologie et d'options de récupération de chaleur qui sont appropriés pour les besoins.
     
  • Moderniser le brûleur à combustible. Envisager par exemple l'utilisation de la technologie d'injec-tion directe de combustible. L'utilisation à temps plein d'un brûleur régénératif à injection directe de combustible permet de réduire les émissions de NOx d'environ 90 p. 100 comparativement aux brûleurs régénératifs courants. Ce genre de brûleur compact permet de simplifier les choses, de réduire les effectifs, de diminuer considérable-ment la consommation d'énergie et de récupérer l'investissement en peu de temps.
     
  • Installer un générateur de turbulence dans la chaudière à tube de fumée.
     
  • Convertir la chaudière à huile en une chaudière au gaz naturel. Bien que cette mesure permette d'économiser plus d'argent que d'énergie, elle présente certains avantages opérationnels et environnementaux.
     
  • Convertir au besoin le chauffage à la vapeur indirect en chauffage direct.
     
  • Convertir au besoin le chauffage à la vapeur en chauffage au fluide chauffant.
     
  • Installer un système de gestion informatisé intégré pour la production et la distribution de l'énergie thermique.
     
  • Réévaluer si un produit résiduaire est brûlé pendant l'exploitation (par exemple, dans le cas des industries pétrochimiques, de l'acier ou de la chaux). Dans l'affirmative, penser à l'utiliser pour préchauffer l'air comburant des chaudières ou même pour faire fonctionner un générateur à microturbines.
     
  • Installer de l'équipement permettant de récupérer la chaleur dans le système de gaz de carneau, notamment des économiseurs, des préchauffeurs et des condenseurs de gaz de carneau (contact indirect ou direct). Si cet équipement est déjà installé, réévaluer son efficacité et envisager son remplacement ou sa remise en état.
     
  • Prendre en considération d'autres utilisations de la chaleur résiduelle des gaz de carneau. L'utiliser pour le chauffage des locaux, le chauffage industriel ou le séchage du produit ou du biocombustible.
     
  • Envisager l'installation de convertisseurs de chaleur à absorption dans le système de gaz de carneau.
     
  • Récupérer la chaleur des débits résiduaires, tels que la vapeur de détente. Choisir parmi les nom-breuses options offertes. Penser à incorporer une thermopompe dans le système pour améliorer davantage la récupération de l'énergie ou intégrer la nouvelle technologie des échangeurs thermiques compacts très efficaces à d'autres procédés.
     
  • Envisager l'installation d'un système de retour de condensat sous pression en circuit fermé.
     
  • Engager un entrepreneur qualifié pour réaliser une nouvelle conception du circuit de vapeur et de condensat afin de maximiser son utilisation. Renouveler la tuyauterie des systèmes ou relocaliser l'équipement afin de raccourcir la tuyauterie.
     
  • Au besoin, envisager de rapprocher l'alimentation et les dispositifs de production de vapeur (peut-être plus petits ou neufs) de l'équipement fonctionnant à la vapeur.
     
  • Utiliser des tuyaux de dimension adéquate. Dans les systèmes à fluide chauffant, tenir compte de l'économie réalisée grâce à l'augmentation du diamètre des tuyaux comparativement au coût du pompage et des pertes de pression.
     
  • Évaluer l'économie engendrée par l'amélioration de l'isolation. Considérer l'évolution du coût de l'énergie et consulter un spécialiste impartial. Améliorer les gaines d'isolation.
     

Page précédente    Matières    Prochaine page