Info-Carburant, 4 mai 2012

Table des matières


Aperçu national

Les prix de détail de l'essence ont diminué de près de 5 cents le litre au cours des deux dernières semaines

Les prix de détail moyens de l'essence au Canada ont diminué, passant à 1,32 $ le litre pour la semaine se terminant le 1er mai 2012, une diminution de moins de 1 cent le litre par rapport à la semaine précédente et de 5 cents le litre par rapport à deux semaines auparavant. Cela représente une diminution précoce des prix de l'essence près du début de la saison estivale traditionnelle des déplacements en automobile.

Les prix du carburant diesel ont reculé de 1 cent le litre par rapport à la semaine précédente, passant à 1,28 $ le litre, et demeurent légèrement inférieurs au niveau établi à la même période l'an dernier. Le prix du mazout de chauffage est passé à 1,20 $ le litre, un léger recul par rapport à la semaine précédente et une diminution de 1 cent le litre par rapport à l'an dernier.

Les prix mondiaux du pétrole brut demeurent fermes tandis que la production de l'OPEP atteint son plus haut niveau depuis 2008, ce qui compense en partie le faible approvisionnement iranien des derniers mois et les récentes interruptions de l'approvisionnement dans les pays non membres de l'OPEP. De plus, la capacité de réserve de pétrole brut de l'OPEP a chuté, passant à 3,5 millions de barils par jour en mars 2012, comparativement à 6 millions de barils par jour en mars 2011, ce qui contribue au raffermissement des prix.

Figure 1: Comparaison des prix du brut et de l'essence ordinaire
(moyenne nationale)

Comparaison des prix du brut   et de l’essence ordinaire (moyenne nationale)

[version textuelle - Figure 1]

Figure 2 : Prix hebdomadaires de l'essence ordinaire

Prix hebdomadaires de l’essence ordinaire

[version textuelle - Figure 2]

Changement des prix des combustibles
¢/L Semaine du: Changement de:
2012-05-01 Semaine précédente An dernier
Essence 131,9 -0,2 -3,8
Diesel 128,2 -0,9 -0,1
Mazout à chauffage 119,6 -0,4 -0,6

Source: RNCan

Faits récents

  • On prévoit un recul de la production de pétrole à Terre-Neuve : Le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador s'attend à ce que la production pétrolière diminue en 2012 par suite d'une chute d'une année sur l'autre en 2011, et il prévoit pour l'exercice financier 2012-2013 un déficit budgétaire de 258,4 millions $. La province, qui a déposé son budget provincial mardi, a indiqué un surplus de 776,4 millions $ pour l'exercice financier 2011-2012 qui s'est terminé le 31 mars. On prévoit que les redevances extracôtières diminueront, passant de 2,84 milliards $ en 2011-2012 à 2,25 milliards $ dans l'exercice financier à venir, en raison des mesures d'entretien prévues à Terra Nova et White Rose. (Source: Daily Oil Bulletin, 25 avril 2012)
  • Mises à jour concernant les raffineurs : Suncor a terminé l'entretien non planifié d'un mois de son usine de traitement à la mi-avril, ce qui a retardé la reprise de certaines unités catalytiques arrêtées depuis un incendie survenu le 3 mars 2012. Shell Canada a redémarré son unité à Scotford à la mi-mars, après l'entretien. Syncrude prévoit une reprise en avril. L'usine de traitement de Canadian Natural Resources Limited Horizon a redémarré le 14 mars 2012, après un incendie survenu le 5 février 2012. (Source : bulletin Crude Oil Report de l'Association canadienne des producteurs pétroliers)
  • Delta prévoit acquérir une raffinerie : Delta Air Lines Inc. achètera à ConocoPhillips une raffinerie de pétrole de Pennsylvanie pour 150 millions $ et pourra ainsi économiser sur les coûts de carburant. Delta a déclaré que le tout premier achat d'une raffinerie par une compagnie aérienne permettra d'économiser 300 millions $ par an en coûts de carburant aviation qui se sont élevé à 12 milliards l'an dernier. Selon Delta, la production de la raffinerie combinée à divers accords d'échange de produits raffinés pour le carburant aviation devrait satisfaire 80 p. 100 de ses besoins en carburant aux États-Unis. (Source : Daily Oil Bulletin)

Aperçu de l’essence au détail

Pour la période se terminant le 1er mai 2012, la moyenne sur quatre semaines du prix de l'essence à la pompe dans les villes sélectionnées au Canada était de 1,34 $ le litre. Cela représente une augmentation de 1 cent le litre comparativement à la même période en 2011.

Pour la période se terminant le 1er mai 2012, la moyenne sur quatre semaines du prix du pétrole brut a légèrement augmenté de 0,2 cent le litre, passant à 62 cents le litre. Le prix du pétrole brut, un composant du prix de l'essence est plus faible de 10 cents le litre par rapport à la même période de l'an dernier.

Au cours des deux dernières semaines, la diminution moyenne du prix de l'essence dans les centres individuels a été de 1 cent le litre. La fluctuation des prix s'est située entre une diminution de 2,5 cents le litre à Montréal et une augmentation de 2,4 cents le litre à Winnipeg.

Le compostant des coûts du raffineur et du négociant ont diminué de 1 cent le litre, passant à 33 cents le litre. Comparativement à l'an dernier, les marges ont augmenté de 11 cents le litre.

Figure 3: Prix à la pompe de l’essence ordinaire dans certaines villes
Moyenne de 4 semaines (du 19 avril au 1 mai 2012)

Prix à la pompe de l’essence ordinaire dans certaines villes Moyenne de 4 semaines (du 19 avril au 1 mai 2012)

Source: RNCan

[version textuelle - Figure 3]

L'offre et la demande de pétrole va imposer les prix

Le prix du pétrole est fixé sur le marché mondial. Le pétrole fait l'objet d'un commerce intense partout dans le monde et il peut être facilement expédié d'un marché à un autre, par navire, pipeline ou barge. Par conséquent, le marché du pétrole s'étend à toute la planète et l'équilibre entre l'offre et la demande détermine le prix du brut partout dans le monde. Lorsqu'il y a une pénurie de pétrole quelque part dans le monde, les prix augmentent sur ce marché pour attirer les approvisionnements des autres marchés, jusqu'à ce que l'offre et la demande soient en équilibre. Lorsqu'il y a surproduction dans une région et que le prix baisse, les acheteurs se précipitent sur ce marché. Ceci explique comment il se fait que certains événements, peu importe où ils se produisent dans le monde, ont un effet sur les prix du pétrole dans chacun des marchés.

Le prix du pétrole a traditionnellement été déterminé en fonction de l'écart entre l'offre et la demande. Lorsque les approvisionnements sont supérieurs à la quantité que les consommateurs veulent, ces derniers s'adressent à plusieurs fournisseurs afin d'obtenir le meilleur prix. Cette pratique fait baisser les prix. Lorsque la demande de pétrole est supérieure à la quantité disponible, les consommateurs se font concurrence en déposant des offres pour les approvisionnements dont ils ont besoin. Il en résulte alors une hausse des prix.

Toutefois, l'équilibre actuel entre l'offre et la demande n'est pas le seul facteur qui détermine les cours du marché. Les acheteurs et les vendeurs essaient de prévoir les prix. Lorsque les acheteurs pensent que les approvisionnements vont diminuer au cours des prochaines semaines ou des prochains mois et que le prix pourrait monter, ils achètent aussitôt des approvisionnements supplémentaires même s'ils doivent les payer un peu plus cher, pour se mettre à l'abri d'une hausse des prix dans l'avenir. Par contre, lorsque les acheteurs pensent que les approvisionnements vont augmenter dans l'avenir ou que le prix pourrait baisser bientôt, ils reportent leurs achats le plus longtemps possible ou exigent une réduction du prix.

Prix de gros de l’essence

Pour la semaine du 26 avril 2012, les prix de gros de l'essence ont varié de 80 à 84 cents le litre dans les centres sélectionnés. Dans l'ensemble, par rapport à la semaine précédente, les centres canadiens et américains ont enregistré des diminutions de prix de près de 3 cents le litre à des augmentations de près de 1 cent le litre.

Les changements des prix de gros de l'essence dans les marchés de l'Est du Canada et des Etats-Unis, variaient par rapport à la semaine précédente, allant d'une augmentation de moins de 1 cent le litre à une diminution de près de 3 cents le litre, s'établissant entre 82 et 84 cents le litre à la fin de la période.

Les prix de gros de l'essence dans les centres de l'Ouest variaient d'une augmentation de 1 cent le litre à une diminution de moins de 1 cent le litre, s'établissant entre 80 et 84 cents le litre à la fin de la période.

Au cours des quatre dernières semaines, les prix de gros dans la plupart des centres sélectionnés canadiens et américains ont diminué dans la fourchette de moins de 3 cents à 7 cents le litre.

Dans l'ensemble, les prix de gros de l'essence dans la plupart des marchés sont de 1 à 7 cents sous le niveau de l'an dernier.

Source: RNCan Bloomberg Oil Buyers Guide

[version textuelle - Figure 4]

Marges du raffineur et du négociant pour l’essence

Les moyennes mobiles sur quatre semaines sont utilisées pour calculer les marges du raffineur et du négociant pour l'essence.

Ces marges du raffineur désignent la différence entre le coût du brut et le prix de gros auquel le raffineur peut vendre l'essence. La marge comprend les coûts du raffinage du produit auquel vient s'ajouter le profit du raffineur. Les marges du raffineur ont baissé de 2 cents le litre comparativement à deux semaines auparavant. Les marges sont très volatiles depuis le début de l'année.

À l'échelle nationale, les marges du négociant, définies comme le prix à la pompe, excluant toutes les taxes, moins le prix de gros ou prix à la rampe, sont passées à 8 cents le litre, une augmentation de près de 1 cent le litre par rapport à la même période l'an dernier. Les marges du négociant pour les cinq centres s'établissaient entre 7 et 11 cents le litre.

Bien qu'elle ne représente qu'une petite partie du prix total à la pompe, la marge du négociant peut varier considérablement d'une ville à l'autre et d'une région à l'autre.

Source: RNCan

[version textuelle - Figure 5]

Aperçu du pétrole brut

Faible volatilité des prix mondiaux du pétrole brut

La moyenne des prix pour les trois bruts de référence pour la semaine se terminant le 27 avril 2012 se situait entre 542 $/m3 et 739 $/m3 (87 $ US et 119 $ US le baril). Les prix mondiaux du pétrole brut sont restés pour ainsi dire inchangés au cours des deux dernières semaines. La différence de prix entre l'Edmonton Par et le WTI a avoisiné 107 $/m3 (18 $ US le baril) lors des trois dernières semaines. De même, le WTI et le Brent a avoisiné 103 $/m3 (16 $ US le baril) durant la même période.

Bien que les prix semblent s'être stabilisés au cours des quelques dernières semaines, l'Edmonton Par a été négocié à prix très réduit de façon constante relativement à d'autres types de brut. Ironiquement, l'augmentation couronnée de succès de la production de brut provenant des sables bitumineux et les limites constantes de capacité des pipelines dans le Midwest américain ont signifié que le cours canadien du brut a de la difficulté à trouver un marché et ont donné lieu à d'importantes réductions.

Les stocks de pétrole brut des États-Unis continuent de s'accumuler et sont bien au-dessus de la moyenne quinquennale, étant donné que la demande mondiale a ralenti. Cela signifie que l'offre mondiale de pétrole brut est toujours largement suffisante pour répondre à la demande. Par contre, les stocks d'essence des États-Unis ont chuté sous leurs niveaux moyens quinquennaux, ce qui maintient une pression à la hausse sur les prix.

Les événements géopolitiques et la crise de la dette d'États européens ne semblent plus influer sur les prix comme ils l'ont fait en 2011. Actuellement, la réduction de la demande mondiale de pétrole semble être le principal moteur de la diminution des prix du pétrole brut, peu influencés par des causes géopolitiques.

Figure 6: Comparaison des prix du pétrole brut
Comparaison des prix du pétrole brut

[version textuelle - Figure 6]

Changement des prix du pétrole brut
Types de pétrole brut Semaine du
2012-04-27
Changement de
Semaine précédente An dernier
$Can/
m3
$US/
baril
$Can/
m3
$US/
baril
$Can/
m3
$US/
baril
Edmonton Par 541,51 87,29 +4,53 +1,30 -189,10 -34,74
WTI 643,94 103,80 +0,56 +0,78 -31,00 -8,93
Brent 739,43 119,19 +0,81 +0,92 -7,63 -5,58

Source: RNCan

L'arrêt d'usines de traitement fait baisser les prix du brut canadien

Les problèmes de production relatifs à une des usines de traitement Suncor des sables bitumineux de l'Alberta éprouvés en mars 2012 ont en partie accru la différence de prix entre le pétrole brut lourd canadien et le WTI. Suncor a annoncé à la mi-mars qu'une de ses usines de traitement serait hors service pendant trois à cinq semaines, mettant quelque 200 000 barils par jour (barils/j) (31 796 m3) hors de production. En février et au début de mars, 100 000 autres barils/j étaient hors de production en raison de réparations imprévues à l'usine de traitement des sables bitumineux Horizon appartenant à Canadian Natural Resources Limited, élevant le total des arrêts à quelque 320 000 barils/j. Les deux usines de traitement ont repris la production depuis, ce qui a réduit la différence entre les prix du pétrole brut canadien et du WTI.

Le Western Canada Select (un mélange de pétrole brut lourd canadien) s'est négocié à un prix réduit de 19 $ le baril/j relativement au WTI en février 2012, et l'écart s'est élargi à 31 $ le baril/j en mars. Les prix du pétrole brut Edmonton Par ont également produit un effet alors que la différence de prix est passée de 7,54 $ le baril/j en février à 20 $ le baril/j en mars. En avril, la réduction de prix est revenue au niveau normal.

Source : U.S. Energy Information Administration; Daily Oil Bulletin; RNCan

Télécharger le rapport

Info-Carburant - version imprimable [PDF, 203 KB]

Pour consulter les fichiers Adobe Acrobat®, il faut les télécharger et installer le logiciel Acrobat Reader® version gratuite fournie par Adobe Systems Incorporated.