Le bon $ens au volant - Vidéo du Module 2

Transcription

POINT UN – ACCÉLÉREZ DOUCEMENT

Narrateur :

Oui. Cela s’appelle l’accélérateur, ou la pédale d’accélération. Mais peut-être devriez-vous également la considérer comme la pédale à ARGENT.

Voyez-vous, chaque fois que vous appuyez sur cette pédale avec vigueur, de l’argent s’envole.

De l’argent pour l’essence, car si plaisant qu’il soit, un grand coup d’accélérateur peut nécessiter jusqu’à 15 p. 100 plus d’essence.

Alors un plein de $50 ne vous en don que pour $42.

Et lorsque vous retirerez votre pied de la pédale à argent, ce sera probablement pour le poser sur la pédale de frein. Plus vous freinerez avec force, plus vous dépenserez de l’argent.

Ka-ching! Pneus, garnitures, patins, disques, tambours, jambes de forces, ammortisseurs roulement à bille! Ça vous paraît coûteux? Ce l’est. Alors accélérer et avancer doucement lorsque votre véhicule a été immobilisé est bien plus qu’un simple geste de responsabilité environnementale.

L’accélération avec douceur est… une façon d’économiser de l’argent.

OK….et on continue vers le deuxième point.

POINT DEUX – MAINTENEZ UNE VITESSE CONSTANTE

Narrateur :

Nous connaissons tous des personnes qui sont partout et nulle part en même temps. Et ces personnes nous rendent fous parce qu’elles semblent être tellement peu efficaces. Eh bien, accélérer à tout bout de champ est un comportement comparable à celui de ces personnes.

Tout d’abord, il est difficile pour les automobiles qui vous suivent d’évaluer la distance afin d’éviter une collision avec votre véhicule.

Deuxièmement, c’est d’une inefficacité inouïe pour votre portefeuille. Le moteur monte en régime inutilement; vous actionnez constamment les freins et usez les plaquettes, les tambours, les segments et les disques; vous montez et rétrogradez sans cesse, ce qui crée une tension inutile sur la transmission et la chaîne cinématique… sans compter tout le stress que vous vous infligez sans raisons.

Troisièmement, chose la plus importante, une vitesse constante vous permet d’économiser de l’essence, donc de l’ARGENT, et de minimiser les effets sur l’environnement, parce que votre véhicule consomme moins de carburant et rejette moins de polluants.

En conduisant à une vitesse régulière, vous maximisez la capacité de votre véhicule d’utiliser les éléments qui lui permettent d’économiser l’essence : de l’aérodynamique aux moteurs efficaces, en passant par le régulateur de vitesse automatique.

Alors, trouvez un rythme, une cadence. Maintenez une vitesse constante… vraiment constante. Et écoutez la musique... celle de tout l’argent économisé.

Compris? Parfait! On part sur point 3.

POINT TROIS – ÉVITEZ LES GRANDES VITESSES

Bonjour. Aujourd’hui, j’ai pour vous un truc très payant qui pourrait vous permettre de réduire de 20 p. 100 votre consommation de carburant sur les autoroutes. Et sans que cela ne vous engage à rien. Eh oui, 20 p. 100. Tout ce que vous devez faire… c’est de faire preuve d’intelligence.

Je vous explique. En réduisant votre vitesse de 120 à 100 km/h, vous économiserez 20 p. 100 en carburant. Il existe plusieurs autres raisons qui devraient vous convaincre que rouler à haute vitesse est une mauvaise idée.

  • Le temps de réaction est réduit lorsque tout se passe rapidement.
  • Vous maximiser le stress infligé à votre véhicule, aux pneus ou à la suspension, par exemple.
  • Il est généralement illégal de dépasser la vitesse limite et plus vous roulerez vite, plus vous risquerez de perdre vos clés, votre permis, votre véhicule et toute possibilité de payer des primes d’assurance abordables.

Mais on peut le voir d’une autre façon. Vous vous rappelez que nous avons parlé de la pédale à argent? Eh bien, vous gaspillez beaucoup d’essence en roulant à une grande vitesse, entre autres parce que les voitures d’aujourd’hui sont construites de telle sorte que l’efficacité maximale est atteinte entre 50 et 80 km/h.

Alors voilà. En évitant d’accélérer et en employant les autres techniques d’écoconduite, le conducteur canadien moyen peut économiser 500 $ par année, oui, dans TES poches ET réduire les gaz à effet de serre et les autres émissions néfastes pour l’environnement.

Alors, servez-vous de votre tête, de vos habiletés et modérez votre vitesse au volant : c’est plus sécuritaire, plus sensé et cela vous fera épargner de l’argent.

Toujours là? OK, le point 4.

POINT QUATRE – PRÉVOYEZ L’ÉVOLUTION DU TRAFIC

Narrateur :

VOUS … POUVEZ PRÉDIRE L’AVENIR! VOUS… POUVEZ MAÎTRISER TEMPS, ESPACE ET DIMENSION!

Oui, oui, c’est possible.

Il s’agit d’analyser les indices que vous donne le trafic devant vous, notamment :

  • Un feu qui passe au jaune ou un feu pour piétons qui commence à clignoter
  • Des feux de freinage qui s’allument devant vous, pas uniquement sur le véhicule qui vous précède, mais aussi sur ceux qui se trouvent bien plus loin
  • Des indications d’engorgement droit devant
  • Un changement soudain des conditions météo, comme la pluie, le grésil ou la neige
  • Des signes de travaux de construction ou de détours.

Toutes ces observations peuvent vous aider à prendre des décisions clés, comme ralentir graduellement, changer de voie de circulation bien en avance, accélérer ou maintenir votre vitesse.

Et tout cela est possible parce que vous portez votre attention sur l’avenir, c’est-à-dire sur les secondes, les minutes, les mètres et les kilomètres devant vous. C’est une habileté qui s’apprend et se maîtrise.

Le résultat? Votre faculté de prévoir vous épargne du stress, réduit l’usure et le bris de toutes les pièces de votre véhicule et vous évitera de gaspiller de l’essence.

Ainsi, en prévoyant, vous pouvez répondre à cette question : « Que me réserve l’avenir? »

C’est simple : de l’argent économisé.

ON a lâche pas - voici le 5ième point!

POINT CINQ – RELÂCHEZ L’ACCELÉRATEUR POUR RALENTUR VOTRE VITESSE

Narrateur :

L’un des gestes les plus difficiles à faire au volant est... de ne rien faire.

Mais ne rien faire peut vous faire épargner de l’argent, prolonger la durée de votre véhicule et aussi aider l’environnement. Parlons-en.

Habituellement, lorsque vous conduisez, soit vous accélérez, soit vous maintenez votre vitesse, soit vous freinez.

Mais il existe une autre technique : Relâcher l’accélérateur.

Vous rappelez-vous votre premier vélo? Vous pédaliez à toute vitesse, puis, épuisé, vous vous laissiez porter par l’élan. Vous laissiez votre corps se reposer jusqu’au moment d’accélérer de nouveau. Sur votre lancée, votre vitesse diminuait à cause de la résistance de l’air et de la friction.

Avec un véhicule à moteur, relâcher l’accélérateur signifie que vous planifiez chaque portion de votre conduite, qu’il s’agisse d’un tour du bloc ou roulez des centaines de kilomètres.

  • Vous accélérez, graduellement…
  • Vous maintenez votre vitesse avec de petits ajustements…
  • Si vous savez que vous devez bientôt freiner, relâchez l’accélérateur pour ralentir votre véhicule.
  • Puis vous freinez. Vous constaterez que vous freinerez moins souvent parce que vous ralentissez sur l’erre.

La plupart des véhicules d’aujourd’hui sont équipés d’un système d’injection qui cesse d’alimenter le moteur en essence dès que l’accélérateur est relâché. Relâchez l’accélérateur, donc ne rien faire, signifie que vous utilisez votre bon sens, vos habiletés et la technologie pour economiser du carburant.

Avez-vous entendu ce son? C’est le son de ne rien faire… hormis économiser de l’argent!