Le bon $ens au volant - Vidéo du Module 1

Transcription

Le bon Sens au Volant
MODULE 1 : La conduite et l’environnement

Les Canadiens possèdent environ 20 millions de véhicules et conduisent plus de 300 milliards de kilomètres chaque année. Comprendre la relation entre la conduite et l’environnement est l’une des notions de base et des stratégies importantes que vous pouvez employer dès maintenant. Ce dont nous parlerons se résume à conduire comme si l’avenir en dépendait. Car, de fait, il en dépend.

Êtes-vous prêt? Alors, allons-y!

Le bon Sens au Volant
DEUXIÈME POINT

Et on poursuit avec le deuxième point.

Posséder une voiture, une camionnette, un VUS, une moto ou un scooter c’est merveilleux. C’est la liberté, pas vrai? L’indépendance, la mobilité, l’aventure… Un problème cependant : tous ces véhicules émettent des gaz à effet de serre, lesquels sont nocifs pour l’environnement. L’équation est simple.

  • Les véhicules à moteur génèrent du dioxyde carbone (CO2), le principal gaz à effet de serre.
  • Les émissions de gaz à effet de serre influent sur le climat de la planète.
  • Le changement climatique compromet la survie des espèces vivantes.

Pour chaque litre d’essence brûlé, un véhicule produit environ 2,3 kilos de CO2. Au Canada, la plupart des véhicules produisent chaque année trois fois leur poids en CO2, pour une voiture de 1 400 kilos c’est 4 200 kilos de CO2. Multipliez cette quantité par 20 millions de véhicules, et il devient indéniable que nous générons de grandes quantités de gaz à effet de serre qui risquent d’être désastreuses pour la vie sur Terre.

Mais il est possible de réduire les gaz à effet de serre que nos voitures rejettent dans l’atmosphère.

Il s’agit de conduire comme si l’avenir en dépendait. Et c’est ici que la volonté et la planification prennent toute leur importance.

Ça va, on comprend ? Parfait - Troisième point

Le bon Sens au Volant
TROISIÈME point

Voici une vérité évidente : la PRINCIPALE façon de sauver notre planète est de réduire le nombre de kilomètres que nous parcourons chaque année. Et voici deux façons d’y parvenir.

  • UN – Rangez vos clés : il n’est pas nécessaire de faire de votre voiture votre seul et unique moyen de transport : marchez, allez à vélo, faites du covoiturage, prenez l’autobus, le métro ou le train. La prochaine fois que vous utiliserez le transport en commun, pensez-y : chaque autobus ou voiture de métro peut représenter au moins 40 voitures en moins sur les routes… et donc moins d’émissions de gaz à effet de serre. C’est impressionnant! À certains endroits au Canada, vous pouvez vous rendre au travail ou à l’école en kayak, en patins et même en ski. ESSAYEZ!
  • DEUX – Réfléchissez à votre vie : vous savez il existe des solutions de rechange à la voiture. Vous pouvez envisager le télétravail, si possible, recourir aux téléconférences ou aux vidéoconférences pour épargner des déplacements inutiles à bien des gens, suivre un ou deux de vos cours sur Internet, trouver des manières d’être plus actif physiquement, cultiver une partie de votre vie sociale autour de ce principe – à la patinoire, à bicyclette ou en randonnée – et faites appel à votre imagination pour trouver des façons de vous amuser sans voiture.

Assez simple, n’est-ce pas? Alors, si vous voulez conduire – ou ne pas conduire, dans ce cas-ci – comme si l’avenir en dépendait, prenez note de ces suggestions et appliquez-les dans votre vie.

Dès maintenant.

Toujours là ? OK

Le bon Sens au Volant
LE QUATRIÈME POINT

Un jour, Denise a téléphoné à Bob, Mustapha et Alexis pour leur annoncer qu’elle se rendait au centre commercial et au marché et souhaitaitc minimiser son effet sur l’environnement. Dans un microbillet, Bob lui a répondu : « J’ai besoin de ruban de hockey et de brocoli. J’y vais ». Mustapha a répondu en textant : « J’y vais avec toi, c’est certain : il me faut une spatule et du paprika. Je t’enverrai des infos sur le trafic et les constructions pour gagner du temps ». Alexis a texté: « J’ai une nouvelle application pour les cartes routières, alors je pourrai planifier le trajet et j’ai besoin de bok-choy et d’une nouvelle raquette de squash ». Denise a ensuite envoyé des messages à ses amis, qui ont convenu de se rencontrer chez Alexis. Puis ils sont allés faire leurs courses en conduisant comme si l’avenir en dépendait.

La morale de cette histoire? Planifiez vos sorties, évitez les détours et les routes peu praticables, regroupez plusieurs sorties ou courses en un seul déplacement, soyez à l’affût des ralentissements et de difficultés et conduisez prudemment.

Et voilà. Vous avez réussi!