Enjeu PEEIC – Volume 20, no 8

Dans l’actualité

Lancement du projet pilote Stages d’emplois écologiques pour jeunes

Ressources naturelles Canada accepte maintenant les demandes d’emploi pour le nouveau projet pilote Stages d’emplois écologiques pour jeunes afin d’encourager les employeurs à embaucher les jeunes diplômés pour occuper des postes qui les aideront à réduire leur consommation d’énergie et bénéficier à l’environnement.

  • Les entreprises admissibles reçoivent 80 pour cent du salaire d’un stagiaire, jusqu’à concurrence de 10 000 $.
  • Les stagiaires doivent être âgés de moins de 30 ans, et ils doivent être diplômés d’un collège ou d’une université.
  • Les stages durent entre quatre et six mois. Les stages de travail doivent se terminer avant le 31 mars 2017.
  • Les organismes qui embauchent doivent fournir de l’expérience en gestion de l’énergie ou de l’environnement sous la supervision des membres du personnel expérimentés qui agissent comme mentors et formateurs.
  • Le travail doit appuyer l’innovation et l’utilisation de technologies et processus écologiques et écoénergétiques.
  • Les demandes d’emploi doivent être soumises avant le 30 novembre 2016.

Pour soumettre une demande ou pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec l’Office de l’efficacité énergétique de Ressources naturelles Canada, l’administrateur des programmes industriels.

Formation de trois jours sur l’intégration des procédés avec le logiciel INTÉGRATION

Date : Du 8 au 10 novembre 2016

Lieu : Toronto, Ontario

Durée : 3 jours (offerte seulement en anglais)

Coût : 1 490 $

Réduire la consommation d’énergie dans les usines industrielles énergivores de 10 pour cent à 30 pour cent avec des techniques d’intégration des procédés (IP). Conçu par Ressources naturelles Canada, ce cours vise les ingénieurs et les directeurs d’usine et fournit la théorie et les outils nécessaires pour effectuer des études d’intégration des procédés de base. Dans ce cours, vous apprendrez à identifier les possibilités économiques de récupération de chaleur à l’aide de l’analyse Pinch; le cours couvre également la récupération de chaleur à partir de la vapeur, la réfrigération, et les systèmes de gaz compressé. Téléchargez une brochure de formation (en anglais seulement) pour plus de renseignements sur le cours.

Logiciel fourni avec le cours : Le puissant logiciel INTÉGRATION de RNCan. Le logiciel INTÉGRATION de CanmetÉNERGIE combine des modèles technologiques sophistiqués pour l’analyse Pinch et la vapeur, la réfrigération, et la récupération de chaleur de compression avec une interface utilisateur conviviale. Pratique, puissant et gratuit pour les participants au cours.

Programme :

JOUR 1 : Introduction à l’intégration de la chaleur industrielle

  • Principes de l’énergie globale et de l’analyse Pinch
  • Représentation graphique des cycles des procédés et des échanges de chaleur
  • Identification de la consommation d’énergie minimale et du potentiel de récupération de chaleur d’un procédé
  • Identification des sources d’inefficacité énergétique

JOUR 2 : Intégration de la chaleur industrielle (suite)

  • Analyse Pinch des réseaux d’échangeurs de chaleur
  • Intégration de la chaleur aux procédés et réseaux de services publics

JOUR 3 : Systèmes de vapeur, réfrigération et compression pour chaque réseau de services publics :

  • Aperçu des principes et de l’équipement principaux
  • Évaluation du rendement énergétique et des sources de chaleur résiduelle; de l’influence des paramètres d’exploitation
  • Le réseau de services publics dans un contexte d’analyse globale : évaluation du potentiel de récupération de chaleur

Pour vous inscrire ou pour recevoir plus d’information, veuillez communiquer avec training@rerinfo.ca ou appelez au 514-564-9089.

Un cours d’IP spécialement conçu pour l’industrie forestière, sera probablement offert à Prince George, C.-B. à l’automne 2016. Pour recevoir plus d’information, veuillez communiquer avec training@rerinfo.ca ou appelez au 514-564-9089.

Points de distinction en efficacité énergétique canadienne pour participation aux ateliers « Le gros bon $ens »

Avez-vous déjà participé à un atelier « Le gros bon $ens »? Si oui, vous pourriez recevoir deux points de distinction du titre Professionnel canadien de l’énergie durable (CSEP) pour chaque atelier d’une journée.

L’Institut canadien de formation en énergie (CIET) offre cette distinction en guise de reconnaissance pour les exploits des chefs de file en énergie durable, en attribuant des points pour chaque atelier complété. Après l’attribution des points, les noms des récipiendaires sont affichés dans la base de données Bottin CSEP, dont le but est de mettre en évidence toute formation pertinente complétée. Plus de 2 000 professionnels figurent dans la base de données, dans laquelle vous pouvez faire des recherches sur des professionnels en énergie dans votre province ou territoire ou valider des compétences.

Pour réclamer vos points, vous devez remplir le formulaire (vous devrez téléverser une scanographie de vos certificats de participation en format JPEG ou Adobe PDF) en suivant ce lien : www.surveymonkey.com/r/D2Sense (formulaire en anglais seulement).

Schneider Electric obtient la certification ISO 50001 et la désignation RES

Schneider Electric Canada, un chef de file du PEEIC dans le secteur de l’électricité et de l’électronique, a obtenu la certification ISO 50001 et la désignation Rendement énergétique supérieur (RES) Platine en novembre 2014 en réduisant de 30,6 pour cent la consommation d’énergie du bâtiment Keating au cours de la période de mesure. La certification ISO 50001 et la reconnaissance RES Platine sont les certifications les plus élevées. « Nous tentons d’aider nos clients à devenir écoénergétiques; ainsi, il est important pour nous de donner l’exemple », dit Dave Clark, directeur, Sécurité, environnement et installations à Schneider Electric Canada.

Le bâtiment Keating de Schneider Electric est situé près de Victoria en Colombie-Britannique. Il se spécialise en distribution électrique et en gestion de l’automatisation, et il produit des éléments d’installation pour la gestion de l’énergie. Il s’agit de deux installations de presque 7 000 mètres carrés au total, comprenant des bureaux, une zone de production haute technologie, un laboratoire d’essai de logiciels, et un simulateur de centre de données. La consommation électrique annuelle en 2014 dépassait 1,2 million de kilowattheures (kWh), tandis que la consommation de gaz naturel était de 800 gigajoules (GJ).

Pour obtenir la désignation RES Platine, l’entreprise avait comme priorité de remplacer un vieux système de contrôle automatique de bâtiments (SCAB) avec sa propre solution : StruxureWare Building Operation (SBO). « Les résultats ont été immédiats », dit M. Clark.

Au cours de la même période, les unités de CVC du toit ont été reconfigurées afin de complètement contrôler le système d’économiseur. L’entreprise s’est également servie de la solution SBO pour créer des scripts personnalisés afin de contrôler les unités du toit et les chaudières de réchauffement de l’eau chaude. M. Clark fait remarquer que lorsque la solution était combinée aux compteurs d’énergie électriques de Schneider déjà en place à l’époque, il a reçu des commentaires presque immédiatement sur les économies d’énergie.

Les projets en cours à Schneider Electric comprennent l’affinement continu des réglages de CVC et la modélisation de l’énergie au moyen du logiciel de l’entreprise, PowerLogic ION EEM (gestion de l’énergie de l’entreprise), afin de réduire davantage la consommation d’électricité et de gaz. De plus, l’entreprise a installé des réglages de verrouillage de ventilateur aspirant sur son équipement de production, permettant aux ventilateurs de fonctionner uniquement lorsque les machines en ont besoin, ce qui réduit la dépendance aux humains pour éteindre les ventilateurs à la fin de leur quart de travail. Les lumières extérieures (250 watts) ont été remplacées par des unités DEL de 14 W et les tubes de lampes fluorescentes de 32 W ont été remplacés par des tubes de 28 W pendant leur entretien. En 2016, les objectifs de l’entreprise en matière de durabilité comprennent une réduction importante de la quantité de déchets envoyés aux sites d’enfouissement.

Rendement énergétique supérieur (RES)

Le Rendement énergétique supérieur (RES) du département de l’Énergie des É.-U. repose sur l’ISO 50001 et est axé sur des économies mesurables à l’aide d’un processus transparent. Pour obtenir la désignation RES, les installations doivent mettre en œuvre un SGE qui respecte la norme ISO 50001 et démontrer un rendement énergétique accru jusqu’à 30 pour cent sur trois ans qui sera ensuite vérifié par un tiers. Les candidats peuvent se qualifier au niveau Argent, Or ou Platine.

La formation sur l’exploration de données est bénéfique pour le secteur des pâtes et papiers

Un atelier d’exploration de données organisé plus tôt en 2015 et présenté par CanmetÉNERGIE de RNCan, le Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ), Hydro-Québec et la Division de l’industrie et du bâtiment de l’OEE a permis aux représentants de l’industrie des pâtes et papiers de mieux comprendre un outil qui peut les aider à réaliser d’importantes économies d’énergie. L’outil, l’exploration de données, offre une solution intéressante gratuite ou à faible coût d’investissement qui s’exécute relativement rapidement.

L’exploration de données bénéficie aux installations qui ont une bonne quantité de données historiques. Ces données représentent une mine de renseignements auxquels le logiciel peut ajouter plus de valeur en autorisant l’analyse des procédés par l’identification des domaines à améliorer; ainsi, on assiste à une productivité accrue et une consommation d’énergie moindre.

L’idée d’un atelier consacré à l’exploration de données vient d’un intérêt marqué exprimé par le Comité de l’énergie du CIFQ et du besoin d’avoir des études de cas propres au secteur.

L’atelier de deux jours comptait 15 participants, dont 10 étaient des ingénieurs d’installations de pâtes et papiers. Tous les participants ont trouvé l’atelier extrêmement utile et voulaient même en apprendre davantage.

Mouloud Amazouz, gestionnaire principal de projet à CanmetÉNERGIE, animait l’atelier. Lors du premier jour, il a présenté l’exploration de données et l’outil logiciel EXPLORE. « Le deuxième jour, nous avons discuté des études de cas sur les lessiveurs et les chaudières dans le secteur des pâtes et papiers à l’aide de données provenant d’usines confrontées à de vrais problèmes et qui ont besoin d’améliorer leur rendement. »

Marc Paradis, directeur de l’excellence opérationnelle à Resolute FP, était enthousiaste à l’idée d’incorporer EXPLORE à la gamme de solutions d’économie d’énergie utilisées par les ingénieurs des usines Resolute FP, et aimerait tous les former. Bruno Poulin, le deuxième formateur de CanmetÉNERGIE, a fourni du soutien technique à Marc afin de régler les problèmes de chaudières touchant une installation Resolute à l’aide d’EXPLORE.

M. Amazouz a fait remarquer que CanmetENERGY souhaite travailler avec les provinces et les services publics afin d’offrir des ateliers d’exploration de données sur place à de grandes entreprises. La formation générale d’exploration de données serait offerte à des entreprises plus petites et diversifiées. M. Amazouz mentionne que les autres secteurs, notamment le secteur minier et du raffinage de pétrole, ont déjà profité de la formation d’exploration de données sur place, et ajoute que les autres, tels que le secteur des aliments et des boissons, sont intéressés.

Pour plus de renseignements sur l’exploration de données, veuillez communiquer avec Mouloud Amazouz, gestionnaire principal de projet à CanmetÉNERGIE à mouloud.amazouz@canada.ca.

Les serres du Québec virent au vert

À l’instar de la serriculture canadienne, la production sous serre au Québec est fortement dépendante d’un facteur incontrôlable et peu prévisible: le climat. Ce dernier influence grandement la productivité des activités de culture, la compétitivité des entreprises, et ultimement les opportunités de croissance du secteur en entier. Pas évident de faire pousser des légumes, des fruits et des plantes ornementales dans un bâtiment chauffé non isolé… en hiver.

Ces dernières années, les producteurs et productrices du Québec aidés par Les Producteurs en serre du Québec (PSQ) et les autres intervenants du milieu, ont su perfectionner leur capacité à optimiser et à réguler précisément l’environnement dans les serres de production. On comprend leur motivation : la facture énergétique représente de 15 à 30 pour cent des charges d’exploitation annuelle.

Pour le chauffage des serres, une grande diversité de sources d’énergie est utilisée, soit (par ordre d’importance) les produits pétroliers, la biomasse, le gaz naturel, l’électricité et les énergies décentralisées (géothermie notamment). Par souci de réduire leur empreinte écologique tout en demeurant compétitives et rentables, les entreprises se détournent progressivement des produits pétroliers, contribuant notamment à la réduction des émissions de gaz à effet de serre – nombreuses sont celles ayant déjà opté pour l’utilisation d’énergies renouvelables pour le chauffage de leurs installations.

Avec la grande capacité du Québec à fournir de la biomasse de qualité et de l’énergie hydroélectrique verte en abondance, plusieurs projets d’installation de chaudière à la biomasse et de puits de géothermie verticaux et horizontaux sont à l’étude ou en cours de réalisation. La chaleur provenant des activités industrielles et de la combustion du biogaz issu des sites d’enfouissement – ou du compostage contrôlé des résidus organiques – est encore peu valorisée pour le chauffage des serres, bien que son potentiel d’utilisation soit considérable.

En matière d’efficacité énergétique des activités de production, une multitude de solutions technologiques appropriées sont utilisées par les serriculteurs québécois sous la forme de préservation de la chaleur à l’aide d’écran thermique, d’entreposage de la chaleur grâce à l’hydro-accumulation, d’injection de dioxyde de carbone (CO2) récupérée pour l’accélération de la croissance des végétaux, et d’éclairage à diode électroluminescente (DEL). Évidemment, l’informatisation de la gestion du climat en serre est un incontournable pour l’exploitation optimale de cette synergie de moyens écoénergétiques.

Ce faisant, l’industrie est en pleine mutation. La consommation de légumes et fruits de serre de qualité est en constante augmentation, et pour profiter de l’engouement, les PSQ ont élaboré une stratégie de croissance dont l’objectif principal est de doubler les surfaces en production de légumes et fruits à l’horizon 2020. En production ornementale, ils estiment que leurs actions concertées feront accroître à 400 $ les dépenses des ménages québécois d’ici 2021, soit près de 200 pour cent d’augmentation par rapport à 2015.

Pour y parvenir, Les PSQ mettent en œuvre depuis l’hiver 2016 un projet d’amélioration de la Compétitivité maraîchère et serricole. Ce dernier consiste globalement en un accompagnement administratif et technique pour la réalisation des projets d’amélioration de l’efficacité énergétique et la transition vers l’utilisation d’énergies renouvelables pour le chauffage des serres. Une veille pour les possibilités de subventions et de financements est également offerte. Ce faisant, les PSQ s’alignent avec les objectifs de la Politique énergétique 2030 du gouvernement du Québec de réduire de 40 pour cent la quantité de produits pétroliers consommés et d’améliorer de 15 pour cent l’efficacité énergétique à l’horizon 2030. Pour la transition vers l’utilisation d’énergies renouvelables et l’amélioration de l’efficacité énergétique des activités de production, l’industrie est visiblement proactive.

Plus d’information sur les activités des PSQ et la production en serre au Québec vous attendent sur la page Facebook (www.facebook.com/SyndicatDesProducteursEnSerre/).
Contactez également le PSQ  à psq@upa.qc.ca pour plus d’informations sur leurs actions et projets.   

Également, vous pouvez vous abonner aux publications mensuelles Voici l’Infolettre publiée pour le mois d’août 2016 : http://eepurl.com/cewm5T.

Image des Serres Fleuri-Cap

Photo d’un réservoir de granules de bois et d’une section de serre chez Serres Fleuri-Cap (entreprise québécoise œuvrant en production ornementale)

Image des Serres Lamarche

Photo d’une serre de production de laitue chez Les Serres Lamarche (entreprise québécoise de production de tomates de serre et de laitue)

Le réseau Écolectrique d’Hydro-Québec honore les réalisations énergétiques des clients

Hydro-Québec reconnaît les clients qui réalisent d’importantes économies d’énergie en les invitant à joindre son réseau Écolectrique en tant que membre, membre élite ou membre honoraire. Hydro-Québec souligne les réussites en efficacité énergétique des membres dans les communiqués de presse et les avis aux médias, et leur remet un certificat lors d’un événement spécial.

Récemment, Rio Tinto Aluminium, un membre du réseau Écolectrique depuis 2006 et un membre élite depuis 2011, s’est vue remettre une distinction de membre honoraire, l’entreprise ayant réalisé des économies d’électricité annuelles de 343 gigawattheures (GWh). Pour réaliser ces économies, Rio Tinto a effectué plusieurs analyses de consommation d’électricité afin de déterminer et appliquer des mesures d’efficacité énergétique.

Un bon nombre d’organismes se sont joints au réseau Écolectrique d’Hydro-Québec au cours de la dernière année. Air Liquide, un chef de file dans la production de gaz en bouteilles et dans les services et technologies gaziers, a réduit sa consommation d’électricité annuelle de 6 pour cent en améliorant son processus de chargement d’azote et en mettant à jour son système d’éclairage avec des lumières DEL.

De même, on a accueilli ArcelorMittal dans le réseau Écolectrique pour ses mesures d’efficacité énergétique à son usine de production de barres de Longueuil. L’organisme a également réduit sa consommation d’électricité annuelle de 6 pour cent en rénovant son éclairage intérieur.

Le nouveau membre, Chantier Chibougamau, un fabricant de produits forestiers, a su réduire sa consommation d’électricité annuelle de 18 pour cent au moyen d’une analyse énergétique conduite dans toute l’installation. Grâce à cette analyse, l’entreprise a défini plusieurs possibilités d’amélioration, notamment l’optimisation de ses écorceuses, la rénovation de ses systèmes d’éclairage intérieur et extérieur, et l’installation d’entraînements à vitesse variable sur ses compresseurs.

Hydro-Québec a également accueilli la mine Éléonore de Goldcorp dans son réseau. L’entreprise a réalisé des économies d’électricité annuelles de 17 pour cent en réalisant deux analyses de consommation d’électricité et en installant un système de compresseur à deux étages avec des entraînements à vitesse variable.

Ces entreprises ont rejoint le réseau Écolectrique qui ne cesse d’évoluer et qui comprend déjà Agnico-Eagle Mines, Balcan Plastics, Bombardier aéronautique, Bridgestone Canada, Cargill Ltd., Cascades Canada, Ciment Québec, IBM Canada Ltée., Labatt, Sucre Lantic, Molson Coors Canada, Norampac, Parmalat Canada Inc., Sanimax Lom Inc., Saputo, Tafisa Canada Inc. et Technocell Inc.

Nouveaux Leaders du PEEIC

Secteur des aliments et boissons

Frito Lay Canada – Taber, Alberta
La Rocca Creative Cakes – Markham, Ontario
Mother Parker Tea and Coffee Inc. (en anglais seulement) –  Mississauga, Ontario
Westcoast Greenhouses Holding Ltd. – Delta, C.-B.
– Westcoast Produce DT Ltd.
Westcoast Vegetables Ltd. (en anglais seulement)

Secteur des produits pétroliers

McAsphalt Industries Limited – Toronto, Ontario
– Calgary, Alberta
– Dartmouth, Nouvelle-Écosse
– Dieppe, Nouveau-Brunswick
– Langley, C.-B.
– Perth-Andover, Nouveau-Brunswick
– Port Stanley, Ontario
– Regina, Saskatchewan
– Saint-Jean, Nouveau-Brunswick
– Thunder Bay, Ontario
– Winnipeg, Manitoba

Calendrier des événements

Appel d’idées d’articles

Votre entreprise a-t-elle adopté, avec succès, des mesures d’efficacité énergétique que vous aimeriez faire connaître aux lecteurs de L’Enjeu PEEIC? Proposez-nous vos idées d’article : communiquez avec Jocelyne Rouleau à l’adresse jocelyne.rouleau@canada.ca.

Si vous avez besoin de plus amples renseignements sur un article ou un programme, veuillez également communiquer avec Mme Rouleau à l’adresse courriel susmentionnée.

Pour modifier vos coordonnées, mettre fin à votre abonnement ou vous abonner à notre publication pour les bâtiments commerciaux, institutionnels et du gouvernement fédéral L’Enjeu : Bâtir l’efficacité énergétique, allez à la page Abonnez-vous. Si vous avez de la difficulté à accéder à cette page, envoyez un courriel à l’adresse info.ind@rncan-nrcan.gc.ca