Enjeu PEEIC – Volume 20, no 1

Appel de mises en candidatures pour les Prix de leadership du PEEIC 2016

Sélectionnez un leader en matière d’efficacité énergétique pour les prestigieux Prix de leadership du PEEIC 2016 d’ici le 4 mars 2016. La 11e remise de prix annuelle sera présentée au Sommet de l’énergie 2016 à Niagara Falls, le 17 mai 2016.

Les Prix de leadership du PEEIC font valoir les réalisations exceptionnelles d’entreprises enregistrées en tant que leaders du PEEIC qui se sont distinguées par leurs initiatives visant à améliorer l’efficacité énergétique et à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES). Depuis 2011, les Prix de leadership du PEEIC récompensent aussi les étudiants et diplômés au niveau postsecondaire dont les projets ou les initiatives ont montré des améliorations de l’efficacité énergétique dans les applications ou les milieux industriels.

Remporter un Prix de leadership du PEEIC est très avantageux. En plus d’être reconnu lors de la cérémonie de remise de prix du Sommet de l’énergie 2016, Ressources naturelles Canada (RNCan) reconnaîtra tous les gagnants dans le Rapport annuel du PEEIC et dans les communiqués de presse nationaux. Les noms des gagnants figureront en outre dans L’Enjeu PEEIC, ce bulletin bimensuel diffusé auprès de quelque 10 000 représentants de l’industrie et du gouvernement.

RNCan présentera les six Prix de leadership du PEEIC suivants :

Prix pour la gérance d’entreprise – Reconnaissance des entreprises qui font la promotion de l’efficacité énergétique au niveau de l’organisation, notamment par la création et l’engagement d’une équipe de gestion de l’énergie, par l’élaboration d’un plan ou d’une politique de gestion de l’énergie pour l’ensemble de l’organisation et par la mise en œuvre d’un système de gestion formel.

Prix pour l’amélioration des procédés et des technologies – Reconnaissance des entreprises qui réduisent l’intensité énergétique des processus industriels en améliorant les procédures et l’équipement, tels les systèmes de réfrigération et d’air comprimé.

Prix de la gestion du rendement énergétique – Reconnaissance des entreprises qui augmentent leur rendement énergétique en améliorant leurs méthodes pour surveiller, mesurer et consigner la consommation d’énergie de leurs installations ou de l’ensemble de leur organisation.

Prix pour la sensibilisation et la formation des employés – Reconnaissance des entreprises qui sensibilisent et informent leurs employés à l’égard de l’efficacité énergétique et qui font la promotion des meilleures pratiques par le transfert du savoir.

Prix pour la mise en place d’une stratégie d’efficacité énergétique intégrée – Reconnaissance des entreprises qui améliorent l’efficacité énergétique d’une installation ou de l’ensemble de l’entreprise par l’entremise d’une gamme d’initiatives faisant partie d’une stratégie intégrée.

Prix pour les leaders de demain – Reconnaissance d’étudiants ou de récents diplômés universitaires et qui ont complété un projet de recherche (théorique ou appliquée) qui fait avancer l’efficacité énergétique industrielle au Canada.

Un jury évalue les soumissions en fonction des critères suivants :

  • Rendement énergétique – réduction de la consommation d’énergie par unité de production;
  • Innovation – ingéniosité et créativité dans l’utilisation d’une idée, d’une méthode ou d’un procédé amélioré ou novateur;
  • Possibilité d’une application à grande échelle – transférabilité vers d’autres entreprises ou secteurs de l’industrie;
  • Contribution à la protection de l’environnement – réduction des émissions de GES et amélioration de la durabilité environnementale.

Toutes les entreprises inscrites auprès de Ressources naturelles Canada en tant que Leader du PEEIC peuvent être sélectionnées. Les candidats pour un Prix pour les leaders de demain du PEEIC doivent être des praticiens du domaine de l’énergie qui sont inscrits dans un établissement universitaire ou collégial ou qui ont reçu leur diplôme récemment (cinq ans au plus), et qui ont fait de la recherche ou mené un projet en lien avec l’efficacité énergétique dans le secteur industriel. Les projets ou les initiatives d’efficacité énergétique doivent avoir été achevés entre le 3 mars 2014 et le 4 mars 2016.

La date limite pour soumettre les candidatures pour les Prix de leadership du PEEIC à Ressources naturelles Canada est le 4 mars 2016.

Pour plus d’information sur le processus de mise en candidature, veuillez transmettre une demande à :
Programme d’économie d’énergie dans l’industrie canadienne
Ressources naturelles Canada
Courriel : info.ind@rncan-nrcan.gc.ca.

Le financement de la Climate Change and Emissions Management Corporation permet à Encana et Cenovus de réduire les émissions de GES et d’améliorer l’efficacité énergétique

En Alberta, les grands émetteurs se sont vus obligés de réduire l’intensité de leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) depuis 2007. Entre 2007 et 2015, les installations qui émettaient plus de 100 000 tonnes d’éq. CO2 (éq. TCO2) annuellement ont été obligées de réduire l’intensité de leurs émissions de 15 p. 100 en vertu de la Specified Gas Emitters Regulation de la province, augmentant à 20 p. 100 en 2017, en dessous des conditions de base d’émissions spécifiques aux installations.

Les organisations qui ne sont pas en mesure de respecter leurs objectifs au moyen d’améliorations des installations ont différentes options de mise en conformité. Celles-ci comprennent l’achat de crédits compensatoires basés en Alberta, de crédits de résultat d’émissions ou de paiements de 15 $ par éq. TCO2 dans le fonds de la Climate Change and Emissions Management. En 2015, le gouvernement de l’Alberta a annoncé une nouvelle politique liée au changement climatique qui augmenterait le prix crédité du fonds à 20 $/ éq. TCO2 en 2016, et à 30 $/ éq. TCO2 en 2017, et qui élargirait l’application du prix du carbone au-delà des grands émetteurs afin de couvrir une estimation de 78 p.100 à 90 p.100 des émissions de GES de la province.

La Climate Change and Emissions Management Corporation (CCEMC) est un outil utilisé par le gouvernement de l’Alberta afin de faire avancer sa Stratégie sur les changements climatiques et accélérer un mouvement envers une économie à plus faible émission de carbone solide et davantage diversifiée. L’organisme a financé plus de 100 projets depuis ses débuts.

Ce décompte comprend deux projets à grande échelle à Cenovus Energy et à Encana ayant entraîné une hausse de l’efficacité énergétique et une réduction considérable de l’intensité des émissions de GES pour les deux entreprises.

Jamie Callendar, ingénieur en environnement à Encana, fait remarquer que l’organisme a alloué un grand nombre de ressources aux solutions de développement et de mise en œuvre afin d’améliorer la performance environnementale. Entre 2008 et 2015, un total de 76 M$ a été investi dans des projets liés à l’efficacité énergétique et à l’environnement au moyen du Fonds d’innovation environnementale d’Encana, qui était un budget d’immobilisations consacré aux projets liés à l’efficacité énergétique et à la réduction d’émissions.

Même si le Fonds d’innovation environnementale de l’entreprise était essentiel à la mise en œuvre de ces projets liés à l’efficacité énergétique et à la réduction d’émissions, le faible prix du gaz naturel a souvent posé problème à l’aspect économique des projets. Ainsi, les entreprises à plus grande échelle nécessitaient parfois le financement d’un tiers ou un revenu de contrepartie de la fixation du carbone afin d’être viables. Par exemple, M. Callendar attribue le succès économique de son récent programme de rénovation de compresseurs au financement de la CCEMC et la génération de crédits compensatoires. Sans la subvention et la capacité de générer des crédits compensatoires de la CCEMC, le projet d’une valeur de 5,3 M$ n’aurait pas respecté le seuil économique de financement d’Encana.

M. Callendar explique que le projet de captage des gaz d’évacuation a commencé en 2010-2011, lorsque l’entreprise a entrepris un partenariat avec Spartan Controls, une entreprise basée à Calgary afin de piloter la nouvelle technologie de captage des gaz d’évacuation SlipStream® de Spartan à deux stations de compression de gaz naturel d’Encana, en Alberta. La technologie SlipStream, qui peut être appliquée aux moteurs à alimentation au gaz naturel, est une technologie de commande de procédé qui gère l’acheminement du gaz naturel de manière sécuritaire, autrement évacué pendant l’exploitation normale de l’équipement aux stations de compression, et qui le renvoie dans le moteur à compresseur afin de réduire l’utilisation du combustible et les émissions de méthane. Lorsque l’analyse de rentabilisation de la technologie a été effectuée, montrant que non seulement elle réduit l’utilisation du combustible, mais aussi des émissions de GES, l’entreprise a obtenu une subvention de 2,4 M$ de la CCEMC afin de s’appuyer sur le succès de ses projets pilotes initiaux et lancer la nouvelle technologie à 59 autres stations de compression d’Encana dans le sud de l’Alberta.

Selon M. Callendar, le projet a atteint une efficacité de réduction de GES d’un peu plus de 3 $ par éq. TCO2, ce qui est bien plus bas que beaucoup d’autres occasions de réduction d’émissions de GES. « Il s’agit d’une manière très rentable de réaliser des réductions d’émissions de GES importantes. » Il ajoute que le projet, achevé au début de 2015, a été une réussite en partie grâce aux économies d’échelle. En préfabriquant de l’équipement pour un grand nombre de compresseurs, d’importantes économies ont été réalisées.

Les rénovations du compresseur devraient réduire les émissions de GES de plus de 67 000 éq. TCO2 par année, et Encana a déjà vérifié et inscrit une valeur de plus de 85 000 éq. TCO2 de crédits compensatoires du projet jusqu’à janvier 2015. Au cours des 10 ans de vie estimés des stations de compression, cela mènera à une réduction permanente de plus de 750 000 éq. TCO2.

En regardant vers l’avenir, M. Callendar voit une possibilité de réductions d’émissions de méthane encore plus importantes au moyen de technologies similaires aux plus de 1000 emplacements de puits d’Encana, en Alberta et en Colombie-Britannique. « Nous pouvons tirer des leçons et nous concentrer sur de plus grandes occasions maintenant. »

Le financement de la CCEMC a également permis d’effectuer des rénovations similaires à Cenovus Energy. Ce projet comprenait l’installation de deux technologies de motorisation : un système de commande de rapport air/combustible REMVue® et un système de commande d’injection de gaz d’évacuation Slipstream. 

Le projet Cenovus fait partie du Fonds en efficacité énergétique de l’entreprise qui cible les projets qui pourraient réaliser des gains d’efficacité et des réductions d’émissions. Milos Krnjaja, ingénieur principal à Cenovus, mentionne que le fonds de l’entreprise a été créé afin de promouvoir les projets environnementaux qui ont souvent des périodes de récupération plus longues et qui n’ont rien à envier aux autres projets d’immobilisations.

La CCEMC a versé 2,68 M$ pour le projet de 7,71 M$ qui a entraîné la rénovation de 28 moteurs à compresseur utilisant la technologie SlipStream, dont 11 comprenaient également les systèmes de commande de rapport air/combustible (RAC) REMVue. « En modernisant l’équipement de nos compresseurs, nous avons réalisé des gains d’efficacité sur le plan de la performance, réduit nos besoins primaires en combustible, et diminué nos émissions de GES » dit M. Krnjaja.

L’installation des systèmes de commande de RAC a permis à Cenovus de mieux contrôler le RAC de ses moteurs. « En réglant le RAC du moteur de faible à fort, on peut atteindre un bon rendement du combustible », mentionne Krnjaja. Le projet pilote a commencé à la fin de 2010 et s’est terminé à la fin de 2014, lorsque tous les compresseurs adaptés du sud de l’Alberta avaient été modifiés.

Avec des unités de RAC, Cenovus gagnera 205 400 pieds cubes (pi3) de gaz naturel et réduira ses émissions de GES de 4 800 éq. TCO2 par année. La technologie SlipStream capte 101 400 pi3 de gaz naturel et dévie 12 700 éq. TCO2 par année. Krnjaja ajoute que « la période de récupération du projet a été considérablement réduite avec le financement de la CCEMC, en plus de recevoir des crédits compensatoires d’émissions à 15 $ par tonne. »

« Le succès de la technologie installée augmente avec la quantité évacuée », dit Krnjaja. « Plus nombreuses sont les ressources d’évacuation de gaz disponibles, meilleure est l’économie de la technologie combinée de RAC et de SlipStream. » Avec la modernisation de l’équipement, on s’attend également à une amélioration de l’entretien. De plus, Krnjaja croit que cela aidera Cenovus à respecter la future réglementation concernant les émissions.

Krnjaja mentionne que Cenovus cherche continuellement à améliorer les opérations par rapport à son engagement à traiter et extraire les ressources naturelles de manière responsable. « Grâce à ce projet, l’efficacité opérationnelle et la performance environnementale de l’entreprise sont meilleures; c’était une formule gagnante à tous les niveaux pour nous. »

Le prochain atelier de trois jours à Vancouver sur l’intégration des procédés promet d’offrir des outils intéressants aux participants

« Les participants peuvent s’attendre à un cours technique stimulant, qui sera enrichissant et utile dans leur travail », indique Michael Ross, de RER Energy Group, qui agira à titre de coanimateur pour le prochain cours sur l’intégration des procédés qui aura lieu à Vancouver, en Colombie-Britannique. Le cours, qui se donnera du 5 au 7 avril 2016, fournira aux participants un coffre à outils très utile pouvant leur permettre de définir des projets d’économie d’énergie.

Les ingénieurs et les gestionnaires d’usines seront en mesure d’évaluer des projets de récupération de la chaleur et d’améliorer les conditions de fonctionnement de l’équipement, dans le cadre d’une approche systémique. L’intégration des procédés repose sur une compréhension globale de l’usine qui permet souvent de mettre en lumière des occasions d’économiser l’énergie qui sont peu évidentes lorsque l’on examine individuellement chaque procédé. De nombreuses études de cas seront présentées pour démontrer l’applicabilité de l’approche.

Les participants en ressortiront avec une nouvelle compréhension des flux d’énergie à l’intérieur de leurs usines et seront en mesure de déterminer la portée d’éventuelles économies d’énergie, indiquent Michael Ross et Alberto Alva, Ph. D., de Process Ecology, coanimateur de l’atelier.

Les participants à l’atelier en apprendront plus sur de puissants concepts, comme les courbes composites, et apprendront à calculer des cibles de consommation d’énergie minimale et le potentiel de récupération d’énergie des procédés. Ils apprécieront aussi les discussions portant sur la détermination de la source des inefficiences énergétiques de même que sur l’influence des paramètres d’exploitation sur l’efficacité des procédés.

Les participants apprendront à bien utiliser le logiciel INTÉGRATION de CanmetÉNERGIE, qui facilite l’élaboration et l’interprétation de courbes composites et l’examen de configurations d’usine améliorées. Le logiciel inclut également des modules consacrés à des systèmes utilitaires énergivores – production de vapeur, réfrigération et compression – qui permettent une analyse rapide de l’influence de conditions d’exploitation et de l’incidence de mesures d’efficacité communes.

Les participants recevront le logiciel INTÉGRATION, offert par Ressources naturelles Canada, et d’autres documents de cours. Le cours est limité à 15 participants.

Des ateliers similaires sur l’intégration des procédés sont actuellement prévus au Canada, ainsi que des webinaires gratuits qui présentent l’intégration des procédés  et le logiciel d’INTÉGRATION de CanmetÉNERGIE. Le premier webinaire se tiendra le 17 février 2016, à 10 h HNE.

Pour plus d’information et pour vous inscrire au cours ou à un webinaire gratuit, veuillez communiquer avec Michael Ross à l’adresse michael.ross@rerinfo.ca ou au 514-564-9089.

Hydro Québec offre des incitatifs intéressants pour la mesure et la gestion de l’électricité

Hydro Québec offre à ses clients industriels des incitatifs financiers pour la mise en œuvre de systèmes de gestion de l’électricité. Le programme Systèmes industriels s’adresse aux entreprises industrielles ayant une facture d’électricité annuelle de plus de 750 000 $; les clients des systèmes autonomes et publics municipaux sont également admissibles.

Par le biais de ce programme, Hydro Québec veut promouvoir les systèmes de gestion qui utilisent des contrôles opérationnels pour mesurer la consommation électrique en temps réel des principaux processus, systèmes et appareils, ainsi que l’affectation des ressources pour les activités connexes.

Les entreprises peuvent recevoir de l’aide financière pour les projets de gestion de l’électricité et de mesures continues. Par exemple, Hydro Québec appuiera l’achat et l’installation d’instruments de surveillance dans le monde entier qui entraînent un meilleur contrôle de la consommation d’électricité. Le programme offre également de l’aide financière pour l’élaboration, la mise en œuvre et l’amélioration de systèmes de gestion de l’électricité basés sur des mesures continues.

Hydro Québec financera 50 p. 100 du total des coûts admissibles pour l’achat et l’installation d’équipement de mesures continues (pouvant aller jusqu’à 75 000 $) par site ou par contrat de services. De même, le programme de service octroie 50 p. 100 (jusqu’à un maximum de 75 000 $) des coûts d’élaboration et de mise en œuvre d’un système de gestion de l’électricité avec une mesure d’un an minimum. Chaque site ou contrat de service peut atteindre un maximum cumulatif de 150 000 $ depuis le 1er mai 2015. Les entreprises sont également admissibles à des économies annuelles supplémentaires de 0,01 $/kWh selon les mesures d’efficacité énergétique mises en œuvre.

Les avantages d’améliorer la gestion de l’électricité comprennent l’utilisation de contrôles opérationnels afin de continuellement identifier les économies en électricité, les réductions en périodes de récupération, peu ou pas d’investissement pour augmenter les mesures opérationnelles, et la capacité à accorder la priorité aux projets énergétiques. En particulier, la mise en œuvre d’un système de gestion de l’électricité intègre des mesures organisationnelles, techniques et comportementales à la culture de l’entreprise comme une manière durable d’opérer.

Pour plus d’information et pour un guide d’utilisation, veuillez visiter le www.hydroquebec.com/affaires/efficacite-energetique/programmes/programmes-systemes-industriels/systemes-gestion-energie-electrique/.

Le nouveau programme de stages offre des possibilités aux employeurs et aux diplômés

Un nouveau programme mis sur pied par Collèges et instituts Canada (CICan) rapproche les employeurs et les diplômés professionnellement qualifiés, en plus d’offrir aux stagiaires l’occasion de mettre en pratique leurs connaissances dans le domaine de la technologie propre. Lisa Daigle, agente principale de programme, du Partenariat canadien à CICan dit qu’il s’agit « d’une occasion exceptionnelle pour les employeurs de travailler avec des candidats qualifiés dans différentes disciplines de partout au Canada afin de créer de nouveaux emplois dans le domaine de la technologie propre. »

Dans le cadre du programme de stages, les employeurs sont admissibles à une subvention de 12 000 $ lorsqu’ils embauchent des diplômés d’un programme de science, de technologie, d’ingénierie ou de mathématiques (STIM) d’un collège ou d’un institut. Mme Daigle explique qu’alors qu’un employeur peut chercher ses propres stagiaires, il peut aussi demander à CICan de l’aider à trouver des candidats potentiels. « Les diplômés d’un programme de STIM d’un collège ou d’un institut sont aussi admissibles pour poser leur candidature, comme c’est le cas pour ceux qui sont actuellement en congé », dit Mme Daigle, en ajoutant que les étudiants inscrits à un programme d’alternance travail-études ne sont toutefois pas admissibles.

Mme Daigle explique que le programme accepte actuellement des demandes sur une base d’inscription continue. Au vu des avantages pour l’employeur et le stagiaire, et pour l’avancement de la technologie propre, Mme Daigle s’attend à ce que le programme continue.

Les demandes proviennent de partout au pays, et de tous les secteurs de l’industrie. Les soumissions comprennent des postes dans des domaines tels que le développement de logiciels liés à la technologie propre, l’installation de panneaux solaires et l’identification de mesures d’efficacité énergétique.

Mme Daigle mentionne que les diplômés d’un programme de STIM apportent des compétences précieuses qui peuvent aider les employeurs à réaliser leurs projets de technologie propre et améliorer leurs résultats économiques et environnementaux au Canada.

Pour plus d’information sur ce programme, visitez le http://cleantech.collegesinstitutes.ca/fr/.

Les Prix du groupe ministériel sur l’énergie propre reconnaissent le leadership mondial et national en matière d’utilisation de l’énergie propre

Le groupe ministériel sur l’énergie propre fait appel aux soumissions pour sa première édition de la remise des Prix de leadership de la gestion de l’énergie qui sera présenté à la conférence CEM7, les 1er et 2 juin 2016, à San Francisco, en Californie. Plusieurs prix prestigieux liés au leadership de l’énergie propre reconnaîtront les organismes ayant élaboré un système de gestion de l’énergie (SGE) certifié par un tiers selon la norme ISO 50001.

L’Energy Management Working Group (EMWG) du groupe ministériel sur l’énergie propre, qui est l’entité qui remet les prix, comprend les représentants de l’Australie, du Canada, du Chili, de la Chine (observateur), de la Commission européenne, de l’Inde, de l’Indonésie, du Japon, de la Corée, du Mexique, de l’Afrique du Sud, de la Suède et des États-Unis. Avec ces prix, l’EMWG souhaite reconnaître les entreprises extrêmement performantes et sensibiliser les gens aux SGE comme étant une solution aux défis énergétiques et économiques.

Les organismes industriels, commerciaux ou du secteur public admissibles, au niveau de l’organisation ou de l’installation, peuvent soumettre des études de cas structurées qui expliquent les avantages d’avoir un SGE certifié selon la norme ISO 50001. Les candidatures seront considérées pour (1) le Prix d’excellence de gestion de l’énergie du groupe ministériel sur l’énergie propre, (2) les Prix nationaux de la gestion de l’énergie, et (3) les Prix de la perspective de la gestion de l’énergie.

Le Prix d’excellence de la gestion de l’énergie du groupe ministériel sur l’énergie propre offrira une reconnaissance mondiale pour la gestion efficace de l’énergie à trois gagnants. Les gouvernements individuels peuvent également décider de rendre hommage aux organismes avec les Prix nationaux de la gestion de l’énergie, alors que les Prix de la perspective de la gestion de l’énergie reconnaissent les organismes qui ont fait progresser la vision mondiale des avantages du SGE.

En partageant les études de cas admissibles des leaders en efficacité énergétique, le groupe ministériel sur l’énergie propre souhaite également :

  • accélérer la mise en application du SGE afin de respecter les objectifs de changements mondiaux et nationaux;
  • fournir les analyses de rentabilisation convaincantes appuyées par les données et les expériences existantes;
  • améliorer les programmes d’efficacité énergétique nationaux et internationaux;
  • renforcer les avantages de la mise en œuvre d’un SGE et des résultats mesurables.

Un examen initial confirmera l’admissibilité et l’intégralité des soumissions. Les candidatures acceptées passeront alors à l’étape de sélection. Chaque étude de cas sera examinée et notée, sur une échelle de 0 à 100, par deux experts. Chacun d’entre eux examinera jusqu’à 15 études de cas. Les candidatures ayant le meilleur score seront considérées comme finalistes pour les prix et seront examinées et notées à nouveau pour qu’il ne reste que trois finalistes pour le Prix d’excellence du groupe ministériel sur l’énergie propre.

Les finalistes seront sélectionnés selon un large ensemble de critères d’évaluation, qui comprend une description reproductible et de haute qualité de la mise en œuvre de la norme ISO 50001, et des avantages commerciaux en découlant (le critère ayant le plus de points possible). Les autres critères comprennent les descriptions détaillées de l’analyse de rentabilisation, des outils et des ressources, le développement et l’utilisation d’une expertise professionnelle, de la formation et de la communication, ainsi qu’une analyse coûts-bénéfices, les leçons apprises, les estimations et les visuels.

Les organismes qui désirent soumettre des études de cas doivent utiliser le Modèle d’étude de cas du groupe ministériel sur l’énergie propre où ils retrouveront tous les critères d’évaluation en détail ainsi que des exemples. La date limite pour la soumission des études de cas d’un maximum de huit pages est le 1er mars 2016, à 22 h UTC.

Pour plus d’information au sujet des remises de prix, veuillez visiter le www.cleanenergyministerial.org/Our-Work/Initiatives/Energy-Management/Leadership-Awards/Official-Rules.

Ateliers de gestion de l’énergie « Le gros bon $ens » – calendrier de l’hiver

Ateliers offerts en  collaboration avec Langara College
Lieu : Vancouver (Colombie-Britannique)
Offerts en anglais seulement
Pour vous inscrire, appelez le Bureau d’inscription pour la formation continue de Langara College au 604-323-5322

Gérance énergétique
Date : 26 février

Remise au point des bâtiments
Date : 11 mars

Financement de l’efficacité énergétique
Date : 25 mars

Avis : Il faut prévoir de huit à dix semaines pour les étapes, depuis la planification jusqu’à la prestation, d’un atelier personnalisé « Le gros bon $ens ».

Calendrier des événements

Appel d’idées d’articles

Votre entreprise a-t-elle adopté, avec succès, des mesures d’efficacité énergétique que vous aimeriez faire connaître aux lecteurs de L’Enjeu PEEIC? Proposez-nous vos idées d’article : communiquez avec Jocelyne Rouleau à l’adresse jocelyne.rouleau@canada.ca.

Si vous avez besoin de plus amples renseignements sur un article ou un programme, veuillez également communiquer avec Mme Rouleau à l’adresse courriel susmentionnée.

Pour modifier vos coordonnées, mettre fin à votre abonnement ou vous abonner à notre publication pour les bâtiments commerciaux, institutionnels et du gouvernement fédéral L’Enjeu : Bâtir l’efficacité énergétique, allez à la page Abonnez-vous. Si vous avez de la difficulté à accéder à cette page, envoyez un courriel à l’adresse info.ind@rncan-nrcan.gc.ca.