Bulletin L'Enjeu PEEIC - Volume 19, No. 5

Volume 19, no 5

Le gestionnaire de l’énergie intégré de Stackpole International a bien des projets en vue

« Stackpole International a toujours accordé de l’importance à l’énergie, et avec la mesure incitative Embedded Energy Manager de Hydro One, elle peut porter l’efficacité énergétique à un nouveau niveau », explique Neil Hague, le gestionnaire de l’énergie de cette entreprise. Les coûts annuels en électricité d’une seule usine de poudre métallique s’élevant autour de quatre millions de dollars, M. Hague sait exactement ce qui l’attend.

Neil Hague fait partie des gestionnaires de l’énergie intégrés de plus en plus nombreux dans les installations de production en Ontario. Embedded Energy Manager fait partie des mesures incitatives à l’amélioration Process and Systems de Hydro One, et, dans le cadre de cet incitatif, un expert en énergie sur place assure la gestion de l’énergie d’une installation et y dirige de grands projets d’efficacité. Hydro One paye jusqu’à 80 p. 100 du salaire versé aux gestionnaires de l’énergie, jusqu’à un maximum de 100 000 $.

Nouveau Leader du PEEIC dans le secteur de la fabrication de matériel de transport, Stackpole International fabrique des composants, des systèmes et des assemblages de groupes propulseurs hautement perfectionnés et différenciés technologiquement. Cette entreprise dispose de deux installations à Ancaster, deux à Mississauga, une à Stratford, en Ontario, deux en Chine, une en Corée du Sud et une autre en Turquie. Les installations à Ancaster, où Neil Hague travaille présentement, sont une usine de poudre métallique d’une superficie de 12 539 mètres carrés et une usine de fabrication de produits d’ingénierie d’une superficie de 10 904 mètres carrés. Quelque 700 employés y travaillent dans le cadre d’un horaire de travail de cinq jours par semaine, 24 heures par jour.

Des études qui avaient été réalisées par le passé concernant l’air comprimé et le refroidissement des procédés indiquaient que des améliorations de l’efficacité devaient être apportées. À la suite de ces études, un nouveau compresseur de 200 hp a été acheté de même qu’un séquenceur de commandes comprenant des algorithmes basés sur l’efficacité. Cela permettra de réduire la consommation en énergie du compresseur à entraînement à fréquence variable (EFV) de jusqu’à 40 kilowatts (kW). L’entretien continu du réseau d’air comprimé et les colmatages de fuites augmentent ces économies. Une tour de refroidissement davantage éconergétique a été installée, laquelle consomme 5 kW de moins que la tour précédente. Cette nouvelle tour sera fonctionnelle d’ici l’été et elle permettra, espère Neil Hague, de réduire considérablement l’utilisation du refroidisseur de 100 tonnes actuel. Stackpole a profité d’une mesure incitative de Hydro One pour réduire la période de recouvrement à moins d’un an pour les deux améliorations.

En ce qui concerne les projets à venir, Neil Hague cherchera à tirer parti des fours de frittage et des cheminés à gaz naturel de l’usine en installant un système de récupération de chaleur, qui reposera probablement sur le cycle de Rankine. Bon nombre des machines de l’usine sont vieilles, à l’instar des moteurs qui les font fonctionner; Neil Hague a donc l’intention de remplacer ces moteurs progressivement. Dans une étude de cas sur ces moteurs, Neil Hague avait conclu que la période de recouvrement associée à leur remplacement par des moteurs à efficacité élevée serait de moins d’un an. « Par ailleurs, nous nous penchons sur le conditionnement de la tension comme moyen de réduire notre consommation d’électricité », a confié Neil Hague.

L’atelier personalisé sur l’intégration des procédés pour le secteur pétrolier et gazier a été un succès

Photo des participants à l’atelier

Participants à l’atelier personalisé sur l’intégration des procédés pour le secteur pétrolier et gazier

Les participants à un récent atelier de formation de CanmetÉNERGIE sur l’intégration des procédés (IP), atelier qui a été conçu spécifiquement pour l’industrie pétrolière et gazière, sont repartis avec un coffre à outils pour optimiser la consommation d’énergie dans les procédés industriels et en ayant acquis la capacité à trouver et à évaluer des occasions de récupération de chaleur dans leurs usines.

Tenu à Calgary, du 17 au 19 mars, cet atelier, a été commandité par le PEEIC, CMC Research Institutes et Alberta Energy Efficiency Alliance. Dix ingénieurs des procédés, des gestionnaires de l’énergie et d’autres personnes prenant part à des stratégies d’économie d’énergie et de réduction des émissions de GES provenant de ConocoPhillips, Statoil, BP, Nexen, Husky Energy, ArcelorMittal et Process Ecology ont assisté à cet atelier pour en apprendre davantage sur l’intégration du chauffage et de la climatisation.

Pour Warren Brooke, gestionnaire de projet à CMC Research Institutes, l’un des avantages de l’IP est qu’elle « considère une usine comme un tout et permet aux ingénieurs de découvrir des économies plus importantes en utilisant l’énergie et la chaleur de manière optimale dans différents procédés ». « Le secteur pétrolier et gazier cherche toujours de nouvelles façons d’optimiser les procédés, et l’IP constitue un moyen puissant pour y parvenir », a fait valoir Philippe Navarri, gestionnaire principal de projet pour le programme Optimisation des procédés industriels de CanmetÉNERGIE et formateur pour des ateliers IP. M. Navarri a par ailleurs souligné que l’économie d’énergie et la réduction des émissions de GES demeuraient des priorités essentielles.

Warren Brooke ajoute que le logiciel INTÉGRATION de CanmetÉNERGIE permet aux utilisateurs d’obtenir des analyses d’appareils, ce qui est en soi très précieux. « Plus important encore, la valeur ajoutée est que le logiciel peut ensuite aménager les procédés de sorte à minimiser la consommation globale d’énergie ».

Selon Warren Brooke et Philippe Navarri, les participants ont trouvé que l’atelier était pertinent et pratique et ont aimé le fait qu’il était conçu pour le secteur pétrolier et gazier, avec des exemples et des études de cas réalistes et représentatifs. « Plusieurs participants ont été particulièrement impressionnés par l’utilisation du logiciel INTÉGRATION pour améliorer la récupération de chaleur des configurations typiques de drainage par gravité au moyen de vapeur (DGMV) », a précisé M. Navarri. Ce dernier a ajouté que les participants avaient manifesté un vif désir de mieux comprendre les analyses Pinch. « Ils recherchaient davantage de théorie et voulaient connaître la meilleure façon d’utiliser de tels outils dans le cadre de leurs activités. »

« Offrir des ateliers personalisé sur l’IP comme celui-ci est une formule gagnante », estime M. Navarri, faisant allusion à la volonté de CanmetÉNERGIE de continuer à offrir des ateliers spécialisés à différents secteurs industriels, dont ceux des pâtes et papiers et des raffineries de pétrole.  

Sons Bakery est en bonne voie d’atteindre ses objectifs d’économie d’énergie pour 2020

« Sons Bakery a placé la durabilité à la base de ses activités avec une vision pour réduire toujours plus son empreinte écologique et son empreinte de carbone », a expliqué Hasan Mustafa, l’ingénieur chargé de l’entretien de cette entreprise. Sons Bakery s’est fixé comme objectif de réduire d’ici 2020 son intensité énergétique et son intensité de l’eau de 20 p. 100 par rapport aux niveaux de 2011. Et l’entreprise est bien partie pour y parvenir grâce à ses nombreuses initiatives d’efficacité énergétique terminées, en cours et planifiées.

Établie à Brampton, en Ontario, Sons Bakery produit des petits pains pour l’industrie de la restauration. Elle est un Leader du PEEIC dans le secteur des aliments et des boissons ainsi qu’une ambassadrice du Partners in Project Green. Couvrant une superficie 4 645 mètres carrés, l’installation de Sons Bakery, construite en 1989, est en activité jour et nuit six jours par semaine. Quelque 50 personnes y travaillent.

Des projets d’efficacité énergétique ont permis l’installation d’un nouveau compresseur d’air à entraînement à fréquence variable (EFV) de 75 hp ainsi que la mise hors service d’un compresseur d’air en charge/à vide, mesures qui génèrent des économies annuelles d’environ 15 506 kilowattheures (kWh). Des améliorations apportées à l’éclairage de l’installation, à savoir le remplacement de 270 lampes aux halogénures et lampes T-12 par des lampes T-8, permettent à l’entreprise d’économiser approximativement 260 000 kWh chaque année. La pression de refoulement du compresseur d’air a été réduite, passant de 99 lb/po² à 93 lb/po², ce qui permet d’économiser quelque 34 000 kWh par année et d’accroître la capacité. Parmi les autres projets figurent l’amélioration de la tour de refroidissement évaporative de l’installation avec un moteur de ventilateur de 5 hp (comparativement à un moteur de 7 hp), initiative qui générera des économies annuelles de 1 385 kWh.

Hasan Mustafa a précisé que plusieurs initiatives sont en cours, comme l’essai de lampes T-8 à DEL dans l’aire des bureaux, ce qui pourrait permettre des économies annuelles s’élevant à     1 900 kWh si toutes les lampes des bureaux étaient remplacées. Les procédures de démarrage et d’arrêt sont en cours d’optimisation pour économiser de l’énergie, et le moteur à vide du démouleur de petits pains est en train d’être amélioré avec un retardateur et un capteur de bac pour réaliser des économies annuelles avoisinant les 4 680 kWh.

« Sons Bakery est également active en ce qui concerne la conservation de l’eau », précise M. Mustafa. Le contrôleur manuel d’irrigation existant est présentement transformé en contrôleur central, tandis que les fuites dans le système sont en cours de colmatage et que les têtes non essentielles sont déplacées ou bouchées. Ces améliorations permettront à Sons Bakery d’économiser annuellement quelque 1 500 mètres cubes d’eau. Le réservoir d’eau de refroidissement de glycol de l’installation est amélioré avec un contrôleur de purge automatique pour mieux contrôler les produits chimiques utilisés et la quantité d’eau de purge évacuée.

Les projets qui suivront comprendront la création d’une équipe verte pour la durabilité et d’un programme de mobilisation des employés ainsi que la mise en œuvre d’autres initiatives touchant la conservation de l’eau et l’économie d’énergie. Selon Hasan Mustafa, le fait d’être un Leader du PEEIC et un ambassadeur du Partners in Project Green contribue à l’atteinte des objectifs de son entreprise en matière de durabilité et permet de générer une foule d’idées de projet. « Ces deux partenariats sont importants pour que nous échangions des pratiques exemplaires qui peuvent baser nos activités sur l’amélioration continue. »

Un portail en ligne sur la durabilité pour le secteur des aliments et des boissons obtient un prix de meilleur projet de l’année

« Notre but est d’offrir les meilleures ressources en ligne à nos membres et aux fabricants d’aliments et de boissons qui souhaitent intégrer la durabilité dans leurs activités et leur culture », précise Cher Mereweather, la directrice générale de Provision Coalition, qui a remporté le prix pour le meilleur projet de 2015 d’Environmental Leader Product & Project Awards. « Ce prix nous montre que nos efforts portent leurs fruits » ajoute-t-elle.

Environmental Leader Product & Project Awards (en anglais), qui en est à sa deuxième année, récompense l’excellence de produits et services qui procurent aux entreprises des avantages environnementaux et énergétiques ou de projets d’entreprises qui ont amélioré la gestion de l’environnement ou de l’énergie et augmenté le bénéfice net. Il s’agit d’un système de notation de cinq points conçu pour donner rétroaction et reconnaissance aux entreprises.

L’organisation Provision Coalition est composée de 11 associations membres qui représentent les intérêts en matière de durabilité des secteurs de la fabrication de produits alimentaires et de boissons et des fournisseurs à l’échelle du Canada. Le portail, qui est gratuit, convivial et sert de ressource centralisée pour les producteurs d’aliments et de boissons souhaitant améliorer leur rendement en matière de durabilité, a été lancé en octobre 2013. Il propose des ressources et des outils de grande valeur au secteur, et, plus particulièrement, un outil d’autoévaluation qui offre pour la première fois des données concernant la durabilité dans l’industrie canadienne de la fabrication de produits alimentaires et de boissons.

Jusqu’à présent, 96 installations, qui génèrent 3,6 milliards de dollars en revenus au Canada, soit environ quatre pour cent de l’industrie canadienne, se sont inscrites au portail de Provision Coalition. Selon Cher Mereweather, l’outil d’autoévaluation est la ressource la plus populaire parce qu’il permet aux utilisateurs de comparer des installations à d’autres dans l’industrie ou à d’autres usines de la même entreprise. De plus, les utilisateurs peuvent utiliser les résultats de l’autoévaluation pour créer un plan d’action. « Les commentaires des utilisateurs du portail sont élogieux », affirme Mme Mereweather.

La brasserie Beau’s All Natural a participé au projet pilote du portail et elle a utilisé les outils du portail, plus particulièrement l’outil d’autoévaluation, pour intégrer la durabilité à ses pratiques commerciales et cerner des occasions. « Cela a mis en évidence des choses que nous faisions déjà, mais que nous ne suivions pas », a expliqué Steve Beauchesne, le chef de la direction de Beau’s.

Pour Sons Bakery, ce portail a soutenu le lancement de son programme officiel de durabilité, en plus d’avoir permis de trouver des idées pour économiser de l’énergie et des ressources. L’entreprise a tiré parti de la carte de pointage pour les indicateurs clés de performance et de l’outil d’analyse comparative environnementale. « À moins de mesurer et de savoir où vont les choses, vous ne savez pas si vous avez eu un effet positif ou pas », affirme Rick Bossy, le directeur général de Sons Bakery.

Cher Mereweather précise que le portail fonctionne selon un modèle d’amélioration continue avec de nouveaux outils et des modifications élaborés suivant les tendances du marché, comme l’approvisionnement responsable. « Nous aimerions que le secteur de l’agriculture utilise le portail. Si nous pouvons créer une plateforme où les secteurs des aliments et des boissons et de l’agriculture peuvent échanger de l’information, le concept serait encore plus puissant. »

Pour en savoir plus au sujet du portail, visitez le www.provisioncoalition.com/Home (en anglais).

La mine LaRonde d’Agnico Eagle s’efforce de concrétiser d’importants gains en efficacité

Le système de gestion minière responsable (SGMR) d’Agnico Eagle oriente les activités de cette entreprise vers plusieurs initiatives environnementales et d’efficacité énergétique. Jean-François Doyon, le spécialiste d’Agnico Eagle en matière de développement durable, explique que la philosophie de l’entreprise qui est à la base du SGMR est en phase avec les indicateurs de l’initiative Vers le développement minier durable de l’Association minière du Canada.

La mine LaRonde d’Agnico Eagle s’est récemment jointe au PEEIC en tant que Leader dans le secteur minier. Située à proximité de Rouyn-Noranda, au Québec, la mine LaRonde est la mine phare d’Agnico Eagle, et sa durée de vie s’étend jusqu’en 2024. En 2014, elle a produit 204 652 onces d’or ainsi que des métaux de seconde fusion, comme l’argent, le zinc et le cuivre.

« L’un de nos principaux objectifs est de réduire notre consommation d’énergie et, par le fait même, nos émissions de GES », a expliqué M. Doyon. Ce dernier a ajouté que son entreprise est active à ce chapitre depuis près d’une décennie, recourant à l’efficacité énergétique comme l’un des moyens de concrétiser ces réductions. Jean-François Doyon a expliqué que chaque site minier comprend des comités de l’énergie chargés de suivre la consommation d’énergie, de détecter les problèmes, de trouver de possibles projets d’efficacité énergétique et de les mettre en œuvre.

Quant à lui, le directeur de la mine La Ronde, Daniel Paré, a expliqué que la ventilation et la climatisation étaient des aspects importants pour le bien-être des employés parce que des puits de mine se trouvent à près de trois kilomètres sous terre. Ainsi, lorsqu’une infiltration d’eau près de la monterie de ventilation qui apporte de l’air frais dans le puits de mine est devenue une source de préoccupation pendant l’hiver, la solution a été de pomper l’eau vers la surface pour éviter des accumulations de glace dans la monterie.

Terminé pendant l’été de 2014, le projet de pompage d’eau a permis à la mine d’économiser quelque 300 000 $ annuellement en coûts en gaz naturel. Daniel Paré a indiqué que le même système de pompage d’eau sera installé de l’autre côté de la monterie de ventilation cet été pour réaliser encore plus d’économies.

Un autre projet concernait la régulation de la température dans le puits de mine. Plutôt que de chauffer ou de climatiser à une température donnée, un système ajuste la température du puits de mine selon la présence ou l’absence d’employés, a expliqué M. Paré. Cette initiative permet à la mine d’économiser environ 100 000 $ annuellement en coûts en gaz naturel. De plus, de la chaleur est récupérée à partir des compresseurs de la mine pour chauffer les passerelles en surface pendant l’hiver.

Dans un proche avenir, Agnico Eagle a l’intention d’analyser différentes options pour le système de ventilation de la mine LaRonde. L’entreprise envisage la ventilation aspirante, plutôt que de grands ventilateurs d’entrée, ce qui permettrait de réduire les besoins en climatisation. De plus, Agnico Eagle se penchera sur la reconfiguration des systèmes de chauffage de l’usine de traitement de l’eau de la mine pour accroître l’efficacité.

Daniel Paré estime que devenir membre du PEEIC signifie que la mine peut se comparer à d’autres mines dans l’industrie et découvrir des pratiques exemplaires en matière d’efficacité énergétique qui pourraient être mises en application à la mine LaRonde et à d’autres sites miniers d’Agnico Eagle.

Calendrier des activités

Appel d’idées d’articles

Votre entreprise a-t-elle adopté des mesures d’efficacité énergétique que vous aimeriez faire connaître aux lecteurs de L’Enjeu PEEIC? Proposez-nous vos idées d’article : communiquez avec Jocelyne Rouleau à l’adresse jocelyne.rouleau@rncan-nrcan.gc.ca.

Si vous avez besoin de plus amples renseignements sur un article ou un programme, veuillez également communiquer avec Mme Rouleau à l’adresse susmentionnée.