Enjeu PEEIC – Volume 20, numéro 9

Table des matières

Le groupe de travail du secteur de la sidérurgie du PEEIC accueille une nouvelle présidente

Photo d’Aleksandra Pogoda

Aleksandra Pogoda, présidente du groupe de travail du secteur de la sidérurgie du PEEIC et directrice de l’environnement à l’Association canadienne des producteurs d’acier (ACPA).

Le Programme d’économie d’énergie dans l’industrie canadienne (PEEIC) accueille Aleksandra Pogoda en tant que nouvelle présidente du groupe de travail du secteur de la sidérurgie. Mme Pogoda est actuellement directrice de l’environnement à l’Association canadienne des producteurs d’acier (ACPA), l’association professionnelle nationale de l’industrie représentant les principaux producteurs d’acier et fabricants de tubes et de tuyaux au Canada.

Mme Pogoda est devenue présidente en mai 2016 et est enthousiaste à l’idée de collaborer. « Je suis impatiente de travailler avec des experts de l’énergie au sein de l’industrie et du gouvernement, et de tirer des leçons de cette collaboration », déclare Mme Pogoda. « Je vois le rôle de présidente comme le lien entre le PEEIC et l’industrie canadienne de la sidérurgie. » Elle ajoute qu’elle espère travailler avec les membres du groupe de travail pour élaborer des plans d’action visant à améliorer l’efficacité énergétique dans l’ensemble du secteur de la sidérurgie.

Mme Pogoda bénéficie d’une grande expérience. Elle a en effet travaillé sur des portefeuilles de diligence raisonnable environnementale et de remise en état, et connaît bien la législation et les exigences environnementales provinciales. Son poste actuel de directrice de l’environnement à l’ACPA lui permet d’exploiter son savoir et son expertise.

Tout en sachant que la production d’acier est un secteur à haute consommation énergétique, l’électricité étant l’un des coûts des facteurs de production les plus élevés après la main-d’œuvre, Mme Pogoda comprend que la gestion efficace de l’énergie est essentielle au maintien de la compétitivité du secteur. Elle ajoute que le PEEIC peut aider des organismes de ce secteur, entre autres, à transformer leur consommation d’énergie de manière proactive. « Le PEEIC peut être particulièrement utile pour permettre à l’industrie de réduire ses coûts, d’améliorer son efficacité énergétique, et de réduire ses émissions de GES. »

Mme Pogoda voit le PEEIC comme un élément essentiel de la transition du Canada vers une économie à faible production de carbone. Elle indique qu’il offre un forum de concertation pour que le gouvernement et l’industrie collaborent en vue d’une conservation efficace de l’énergie. « Je crois que les efforts collectifs de l’organisme continueront de promouvoir l’efficacité énergétique et les améliorations des divers secteurs de l’industrie. »

L’engagement des employés récompensé à Farnell Packaging

Photo des employés de Farnell Packaging

Sur la photo (de gauche à droite) : Stephen MacDonald (EfficiencyOne, PDG), David Youd (Champion de l’énergie pour Farnell Packaging), Sheldon Hodder (contremaître à l’extrusion, Farnell Packaging), Debby Farnell Rudolph (vice-présidente directrice, Farnell Packaging), Carol MacCulloch (EfficiencyOne, membre du conseil).

« L’engagement de notre personnel est essentiel à notre réussite sur le plan environnemental », déclare Debby Farnell Rudolph, vice-présidente directrice de Farnell Packaging Limited. L’entreprise produit des emballages souples et se situe à proximité de Dartmouth en Nouvelle-Écosse. Elle a récemment célébré son obtention du prix d’engagement des Bright Business Awards, cinq prix décernés chaque année par Efficiency Nova Scotia. Cette récompense est due à la participation de l’entreprise au programme de gestion stratégique de l’énergie d’Efficiency Nova Scotia.

Mme Farnell Rudolph explique que l’entreprise a de longs antécédents de collaboration avec l’organisme, qui a soutenu certains de ses premiers projets d’efficacité énergétique. Danny Christensen, le gestionnaire de l’énergie de l’entreprise, indique que ces projets, menés depuis le début des années 1990, comprennent des mises à niveau du système d’air comprimé de l’installation, ainsi que des rénovations de l’éclairage et du système de refroidissement de l’eau.

Lorsqu’Efficiency Nova Scotia a proposé à Farnell Packaging de participer au programme de gestion stratégique de l’énergie, l’entreprise y a vu une excellente occasion qui correspondait parfaitement à la vision durable de l’entreprise. Cette dernière a mis en place une équipe de l’énergie, composée de membres de différents services, chargée de promouvoir la sensibilisation à la conservation de l’énergie, d’analyser les occasions d’économiser de l’énergie, et de diffuser des idées et renseignements en matière d’efficacité énergétique.

David Youd, technicien d’entretien de l’entreprise et champion de l’énergie, a joué un rôle central dans de nombreuses campagnes de sensibilisation à l’efficacité énergétique. « Nous sommes très heureux du niveau de mobilisation. La formation des employés est importante, et une fois que les membres du personnel comprennent la consommation d’énergie, ils font des efforts pour la réduire. »

L’arrêt des machines et de l’éclairage, ainsi qu’une réparation en temps opportun des fuites d’air comprimé ne sont que quelques mesures gratuites ou à bas coût qui ont été mises en place à la suite d’une augmentation de la sensibilisation à l’énergie de l’entreprise. M. Yaoud ajoute que l’énergie a été intégrée à tous les documents et toutes les descriptions d’emploi de l’entreprise. De plus, l’entreprise mène des « consultations énergétiques » visant à recueillir des idées créatives et novatrices auprès des employés, et récompense les bonnes idées d’économie d’énergie à l’aide de prix remis chaque mois.

Deux écrans affichant des mises à jour en matière d’énergie ont également été installés dans la réception et le coin-repas, afin de promouvoir la sensibilisation à l’énergie. Au cours de l’année passée, plusieurs ateliers d’efficacité énergétique ont également été organisés pour le personnel et la direction.

Mme Farnell Rudolph est extrêmement fière de la mobilisation du personnel de l’entreprise et remercie le programme de gestion stratégique de l’énergie pour cela, ainsi que pour les trois pour cents d’économies d’énergie annuelles réalisées l’année dernière. « La participation au programme a permis à l’entreprise de passer au niveau supérieur en matière de sensibilisation à l’énergie. »

Regardez la vidéo (en anglais seulement) de Farnell Packaging, lauréate du prix d’engagement, décrivant les réussites de l’entreprise en matière de gestion de l’énergie.

Cruickshank perçoit la conformité à la norme ISO 50001 comme un avantage compétitif à part entière

Cruickshank, une entreprise de construction de routes et de ponts basée en Ontario, est en voie d’obtenir la conformité à la norme ISO 50001 et Jason Makin, vice-président, Matériaux et logistique à Cruickshank, estime qu’être un Leader du PEEIC est très important pour atteindre cet objectif. Il indique que « les pratiques exemplaires partagées au sein de la communauté du PEEIC peuvent nous aider à améliorer nos procédés ».

L’entreprise est également chargée de l’entretien d’autoroutes, fournit des matériaux d’agrégat et des services d’infrastructure, et contribue à la protection des rivages fragiles. Elle exploite plusieurs installations en Ontario, notamment 18 gravières et carrières, trois usines d’asphalte et trois usines portables de trituration.

M. Makin explique que dans l’univers hautement compétitif de la construction de routes, la conformité à la norme ISO 50001 offre une occasion de réduire les coûts d’énergie et les émissions de GES. L’aventure d’efficacité énergétique de l’entreprise a commencé il y a deux ans, lorsque les employés ont commencé à consigner le temps mort de l’équipement. Depuis, plusieurs initiatives ont été mises en œuvre avec succès, et selon M. Makin, « en ce qui concerne le temps mort de l’équipement, nous sommes passés de l’une des pires entreprises à l’une des meilleures ».

M. Makin explique que le fournisseur d’équipement lourd de l’entreprise, Toromont Cat, fournit à Cruickshank un résumé mensuel du temps mort de l’équipement, et établit un classement des entreprises concurrentes. « Cela nous permet de voir ce que nous avons accompli. » Depuis le début de cette initiative, les coûts en carburant et la dépréciation des machines ont connu une baisse importante.

C’est la campagne d’éducation et de sensibilisation des employés qui a permis d’atteindre cette réduction marquée. « Nous avons commencé à récompenser les temps morts réduits avec des t-shirts et des cartes Tim Horton. » Les opérateurs qui atteignaient un temps mort minimal étaient mentionnés dans le bulletin d’information de l’entreprise. De plus, des rapports sur les temps morts ont été mis à disposition de tous les niveaux de direction.

Cruickshank a mis en place beaucoup d’autres initiatives environnementales, notamment un programme E3 (Energy and Environment Every year - Énergie et Environnement chaque année) qui définit trois cibles pour le plan stratégique de l’entreprise visant à réduire la pollution et la consommation énergétique, tout en augmentant les bénéfices. L’entreprise a également lancé plusieurs initiatives écologiques au bureau, notamment des programmes de réacheminement des déchets, une interdiction des bouteilles d’eau, et l’achat de produits écologiques pour le bureau.

Des audits énergétiques réguliers ont mené à des rénovations de l’éclairage, et des mises à niveau de l’équipement et de l’isolation dans les bureaux et les usines de production. Les mises à niveau de l’isolation, par exemple, font économiser à l’entreprise 662 000 BTU par heure pendant la production d’asphalte. De plus, une génératrice de l’une des installations de Cruickshank a été remplacée par un système solaire photovoltaïque, et ce changement est prévu pour d’autres installations.

L’équipement lourd a été mis à niveau aux fins de rendement du carburant, les itinéraires ont été optimisés, des dispositifs de limitation de la vitesse ont été installés, et des programmes d’entretien et de suivi ont été mis en place.

Pour ses efforts en matière d’efficacité énergétique, Cruickshank a reçu le prix d’excellence de conservation 2013, décerné par la Cataraqui Conservation Foundation, et a été nommée parmi les 30 entreprises les plus écologiques de 2012 par le magazine Maclean. Selon M. Makin, l’entreprise fera bientôt partie des entreprises de travaux publics titulaires de la certification ISO 50001.

« Nous poursuivons nos efforts de suivi pour continuer d’apporter des améliorations à différents groupes d’équipement. Notre processus d’améliorations continues fait désormais partie de notre culture, et chacun en a fait une priorité », déclare M. Makin, ajoutant que le PEEIC aidera l’entreprise à déceler de nouvelles occasions d’économiser de l’énergie. 

Le programme de gestion de l’énergie électrique d’Hydro-Québec aide les entreprises à s’améliorer continuellement

Les grands consommateurs industriels d’électricité au Québec ont la possibilité de recevoir des incitations financières pour la mise en œuvre de systèmes de gestion de l’énergie électrique (SGEE) dans leurs installations. Josée Desnoyers, de l’équipe du programme Systèmes industriels offert aux clients d’Hydro-Québec, déclare que le volet du programme dédié aux SGEE met l’accent sur l’apport de changements culturels dans les organisations et sur le développement d’informations utiles sur la consommation en énergie afin de favoriser l’amélioration et l’optimisation continues de la productivité. « Outre le SGEE, nous offrons un ensemble varié d’aide au programme visant à répondre aux besoins de nos clients industriels en matière d’efficacité énergétique», indique-t-elle.

Le programme SGEE s’adresse aux entreprises dont les installations consomment plus de 750 000 $ d’électricité par an. Les entreprises peuvent présenter des projets visant à soutenir le mesurage en continue de la consommation d’électricité et à mettre en œuvre un SGEE.

Les participants au programme peuvent recevoir un financement allant jusqu’à 50 pour cent pour l’achat d’équipement et les coûts d’installation pour le mesurage en continu essentiel aux SGEE, le montant maximal étant de 75 000 $. Des financements semblables existent pour la mise en œuvre d’un SGEE. Leur montant maximal cumulé est de 150 000 $. Hydro-Québec accorde également 1 ¢/kWh d’économies annuelles lorsqu’une entreprise applique des mesures admissibles d’efficacité énergétique relatives à un projet de SGEE.

Douze entreprises de divers secteurs industriels participent actuellement au programme et dix autres ont fait part de leur intérêt pour celui-ci. Les entreprises participantes comprennent Domtar-Windsor et Waterville TG. Ils visent à mettre en œuvre une des pratiques de gestion systématique de l’énergie permettant des économies par du contrôle opérationnel.

L’usine de Domtar, située à Windsor, a mis en œuvre la première phase d’un projet de SGEE et a déjà constaté une diminution de deux pour cent de sa consommation d’énergie par unité produite en mettant en œuvre des mesures de contrôle. Dans le cadre de ce projet, Domtar-Windsor a élaboré la première politique énergétique de son usine et a étudié son bilan énergétique. L’entreprise prévoit mettre en œuvre un SGEE à l’échelle de l’usine dans le but de réduire sa consommation énergétique totale de trois pour cent par an.

Waterville TG est également impressionnée des résultats à court terme. Jusqu’à présent, l’entreprise a identifié pour 150 000 $ d’économies en consommation énergétique annuelle grâce à la mise en œuvre d’un SGEE. Les économies sont liées à la gestion des temps d’arrêt par des opérateurs de chaîne d’extrusion. L’installation possède déjà une culture d’efficacité énergétique qui se reflète par une participation active des employés, ce qui a permis de faciliter la mise en œuvre d’un SGEE. L’entreprise prévoit étendre le système d’information de gestion de l’énergie (SIGE) requis au SGEE pour les principaux consommateurs d’énergie électrique de l’installation.

Bien que le programme n’exige pas l’obtention de la certification ISO 50001, Madame Desnoyers indique qu’il impose des critères semblables, facilitant par la suite l’obtention de la certification par l’entreprise. Comme c’est le cas pour la certification ISO 50001, le programme SGEE d’Hydro-Québec demande aux participants de concevoir et de mettre en œuvre un plan de travail et d’exécution ainsi qu’une structure de soutien pour le SGEE, d’effectuer continuellement des mesures et d’évaluer les indicateurs de rendement.

Desnoyers déclare que les entreprises qui ont mis en œuvre un SGEE ont pris conscience du potentiel inexploité d’amélioration continue. « Quand vous faites du mesurage et que cela se traduit en information utile pour les intervenants en entreprise, ces derniers trouvent continuellement des possibilités d’amélioration. Un SGEE permet de mesurer, d’analyser, de présenter et d’utiliser systématiquement les informations sur l’énergie », conclut-elle.

Pour obtenir plus d’information sur le programme, veuillez visiter www.hydroquebec.com/affaires/efficacite-energetique/programmes/programmes-systemes-industriels/systemes-gestion-energie-electrique/.

Recherche sur l’opinion publique pour mesurer l’importance de l’efficacité énergétique dans les secteurs industriels et des bâtiments

L’Office de l’efficacité énergétique entreprend une recherche sur l’opinion publique pour mesurer, de façon quantitative, l’importance de l’efficacité énergétique dans les secteurs industriels et des bâtiments (incluant les sous-secteurs public, commercial et institutionnel) et de la reconnaissance d’une marque distinctive (ENERGY STAR, ISO 50001).

Léger Recherche Stratégie Conseil, a été engagé par l’office de l’efficacité énergétique (OEE) à Ressources naturelles Canada afin de diriger un court sondage (de 10 minutes). L’OEE enverra celui-ci au mois de janvier aux experts en énergie (par ex. ceux ayant l’autorité de prendre ou d’influencer des décisions en efficacité énergétique pour leur organisation) des secteurs industriels et des bâtiments.

La recherche tracera la sensibilisation et les attitudes envers l’efficacité énergétique et mesurera la sensibilisation sur les options et les avantages disponibles à l’adoption de pratiques en efficacité énergétique, y inclut la reconnaissance d’une marque distinctive telle « ENERGY STAR » pour l’industrie, et la reconnaissance de marque d’étiquette « ISO 50001 ».  Elle adressera les écarts par rapport aux renseignements et aux services en efficacité énergétique offerts par le Gouvernement du Canada.  Plus important encore, la recherche servira à éclairer le développement de programmes et d’initiatives ciblés, surveillera l’efficacité des programmes et, appuiera les activités d’évaluation de programme.

Les participants à la recherche seront sélectionnés d'une liste d’experts en énergie des secteurs industriels et des bâtiments. Si vous recevez le sondage Léger, veuillez le remplir et le soumettre dans le délai prévu.

Calendrier des événements

Appel d’idées d’articles

Votre entreprise a-t-elle adopté, avec succès, des mesures d’efficacité énergétique que vous aimeriez faire connaître aux lecteurs de L’Enjeu PEEIC? Proposez-nous vos idées d’article : communiquez avec Jocelyne Rouleau à l’adresse jocelyne.rouleau@canada.ca.

Si vous avez besoin de plus amples renseignements sur un article ou un programme, veuillez également communiquer avec Mme Rouleau à l’adresse courriel susmentionnée.

Pour modifier vos coordonnées, mettre fin à votre abonnement ou vous abonner à notre publication pour les bâtiments commerciaux, institutionnels et du gouvernement fédéral L’Enjeu : Bâtir l’efficacité énergétique, allez à la page Abonnez-vous. Si vous avez de la difficulté à accéder à cette page, envoyez un courriel à l’adresse info.ind@rncan-nrcan.gc.ca