Enjeu PEEIC – Volume 20, numéro 9

Table des matières

Le groupe de travail du secteur de l’exploitation minière du PEEIC accueille un nouveau coprésident

Photo de Andrew Cooper

Andrew Cooper, coprésident du groupe de travail du secteur de l’exploitation minière du PEEIC et spécialiste de l’énergie chez New Gold Inc.

« Je crois en la valeur de la collaboration au sein des secteurs de l’industrie et entre ceux-ci », dit Andrew Cooper, nouveau coprésident du groupe de travail du secteur de l’exploitation minière du PEEIC et spécialiste de l’énergie à New Gold Inc. Il comprend les défis auxquels font face les sociétés minières en matière d’efficacité énergétique. Étant axé sur les solutions, il travaille dans le domaine de la gestion de l’énergie avec passion et enthousiasme.

M. Cooper a passé les derniers 24 ans de sa carrière dans les secteurs de l’exploitation minière, de la sidérurgie et de la pétrochimie à titre d’ingénieur électrique et  gestionnaire d’ingénierie. Pendant ses cinq années à New Gold, il a mis en œuvre un système d’information de gestion de l’énergie (SIGE) et a géré la certification et l’application de la norme ISO 50001 de l’entreprise en 2014, faisant d’elle la première en Amérique du Nord à accomplir cela. En 2015, M. Cooper a reçu le Prix du gestionnaire de l’énergie international de l’année 2015 de l’Association of Energy Engineers pour ses efforts.

C’est en s’impliquant dans le groupe de travail du secteur de l’exploitation minière qu’il espère apprendre les meilleures pratiques des autres industries et découvrir les occasions de conservation d’énergie financées par le gouvernement fédéral. Il veut également approfondir ses connaissances sur les défis auxquels font face les autres sociétés d’exploitation minière.

De plus, M. Cooper aimerait voir l’industrie de l’exploitation minière s’engager davantage en faveur de la « conservation au premier plan », et développer une meilleure compréhension à cet effet. Il prévoit promouvoir la considération de l’efficacité énergétique lors de la conception d’un projet minier et d’encourager l’adoption des systèmes de gestion de l’énergie. 

M. Cooper voit également les avantages d’une bonne relation de travail avec les services publics, et il sent que cela pourrait offrir des solutions aux problèmes de gestion de l’énergie au sein du secteur. Il veut encourager la collaboration entre l’industrie et les différentes organisations qui défendent l’amélioration en matière d’efficacité énergétique. « Je crois en ce qui est possible grâce à la collaboration et un effort ciblé. »

Le PEEIC accueille les nouveaux dirigeants des produits forestiers

« Faire partie d’un groupe qui s’implique dans la conservation de l’énergie est extrêmement précieux », dit Cecil Burns, gestionnaire de l’énergie à l’usine Weyerhaeuser de Kenora en Ontario, en parlant du récent virage de l’installation qui consiste à devenir un dirigeant du PEEIC dans le secteur des produits forestiers, de même que les installations à Vancouver et à Princeton en Colombie-Britannique.

« Devenir un membre du PEEIC s’aligne sur la philosophie de durabilité de Weyerhaeuser, qui repose sur une consommation d’énergie, une empreinte écologique et des émissions de GES réduites », dit M. Burns. Il ajoute qu’il apprécie également la disponibilité des cours de formation sur l’énergie, les ressources en ligne et les possibilités de réseautage offertes par le PEEIC.

Weyerhaeuser n’est pas nouvelle dans les initiatives d’efficacité énergétique et son usine de Kenora atteste l’engagement de longue date de l’entreprise envers la conservation de l’énergie. Les gestionnaires de l’usine de Kenora ont toujours été soucieux de conserver l’énergie et réaliser le suivi de la consommation énergétique depuis l’ouverture de l’installation en 2002. Un programme de conservation de l’énergie officiel qui ciblait certains carburants a été mis en œuvre en 2008, dit M. Burns. Chaque type de carburant (biomasse, électricité, diesel, gaz naturel et propane) a un champion qui aide à établir des projets de réduction de la consommation afin de respecter les objectifs de l’entreprise.

En 2010, l’usine de Kenora était la première à être approuvée pour le Programme de réduction des tarifs d’énergie pour le secteur industriel du Nord (PRTESIN), ce qui a nécessité un plan de gestion de l’énergie officiel. « Nous avons participé au programme et, depuis ce jour, nous avons élaboré notre plan de gestion de l’énergie. »

M. Burns souligne que l’usine de Kenora a également bénéficié des incitatifs offerts par les services publics locaux pour financer les études techniques des projets énergétiques. Ces études ont permis d’identifier des projets comme les rénovations d’entraînement à fréquence variable (EFV), la possible mise en œuvre d’un cycle organique de Rankine, et la récupération de la chaleur résiduelle.

D’ici 2015, des rénovations d’EFV des 10 plus grands moteurs de l’usine ont été réalisées afin d’économiser plus de 7 000 mégawatts-heures (MWh) d’énergie chaque année. M. Burns souligne qu’un certain nombre de projets d’éclairage ont également été entrepris afin de changer les luminaires fluorescents et à l’halogénure métallisé pour des lumières DEL. De plus, un programme de fuites d’air comprimé est en cours. À l’heure actuelle, M. Burns étudie les projets de biomasse excédentaire et un troisième dispositif  à combustion ou une unité de cycle organique de Rankine pour compléter les demandes en énergie.

M. Burns, qui a accédé à son nouveau rôle à Weyerhaeuser au moyen du programme des gestionnaires de l’énergie de l’IESO, doit respecter un objectif annuel de 2 000 MWh d’économies d’énergie. L’usine n’est pas seulement en train d’atteindre cet objectif, mais elle va encore plus loin en élaborant un plan pour être conforme à la norme ISO 50001 d’ici la fin de 2016.

Au niveau de l’organisation, Weyerhaeuser motive ses employés au moyen d’un programme d’innovateurs au sein de l’entreprise, qui permet d’explorer les idées énergétiques des employés, de les réaliser, de résoudre les détails liés à la mesure et la vérification, et de calculer les économies prévues.

Weyerhaeuser organise des équipes chargées des questions d’énergie à chacune de ses installations. La première séance de webinaire de ces équipes s’est tenue au début septembre. « Nous avons beaucoup d’expertise en matière d’efficacité énergétique au sein de nos installations qui pourrait se traduire par d’autres projets », dit M. Burns, tout en soulignant que les équipes chargées des questions énergétiques s’occuperont de communiquer et partager ces connaissances aux différentes unités opérationnelles au sein de l’entreprise.

Le Prix de leadership de la gestion de l’énergie du groupe ministériel sur l’énergie 2017 accepte maintenant les candidatures

Le groupe ministériel sur l’énergie a lancé son Prix de leadership de la gestion de l’énergie du groupe ministériel sur l’énergie 2017. La remise de prix annuelle récompense les organisations ayant fait preuve d’un leadership exceptionnel dans la gestion de l’énergie, et vise à mieux faire connaître les avantages des systèmes de gestion de l’énergie.

Le groupe ministériel sur l’énergie est un forum mondial ayant pour vision de faire progresser l’énergie propre afin d’appuyer les objectifs climatiques à l’échelle des organisations, du pays et du monde. Les huit rencontres du groupe ministériel sur l’énergie (CEM8) auront lieu en Chine en 2017, et feront honneur aux gagnants de ces prix prestigieux. L’événement annuel attire des dirigeants en matière d’énergie propre provenant des quatre coins du monde, ainsi que les ministres de l’énergie des pays impliqués dans le groupe ministériel sur l’énergie. 

Les organisations ayant une certification ISO 50001 actuelle et vérifiée par une tierce partie sont admissibles à se joindre à la compétition. Les entreprises ou les installations des secteurs public, commercial et industriel qui participent doivent soumettre une étude de cas qui explique l’expérience en matière de gestion de l’énergie de l’organisation, ainsi que ses avantages.

Les candidatures gagnantes recevront le Prix d’excellence de la gestion de l’énergie du groupe ministériel sur l’énergie propre. De plus, chaque candidature admissible recevra un Prix de la perspective de la gestion de l’énergie. Les soumissions sont classées et évaluées par un jury de spécialistes international en gestion de l’énergie.

Les soumissions les mieux classées de chaque pays seront également communiquées aux gouvernements appropriés. Encore une fois cette année, le Canada travaille en partenariat avec le groupe ministériel sur l’énergie afin d’offrir des prix nationaux.

Toutes les soumissions admissibles seront affichées sur le site Web du groupe ministériel sur l’énergie afin de décrire les nombreux avantages dont on peut bénéficier avec la mise en œuvre de la norme ISO 50001. Avec la mise en œuvre à grande échelle de la norme, on s’attend à ce que les secteurs de l’industrie et des services soient en mesure de réduire la consommation énergétique cumulativement de 62 exajoules d’ici 2030. Cela permettrait d’économiser plus de 600 G$ et d’éviter 6 500 mégatonnes d’émissions de CO2

Les soumissions doivent être envoyées d’ici le 24 janvier 2017; pour de plus amples renseignements et pour accéder à des modèles d’étude de cas, veuillez visiter la page Prix de leadership de la gestion de l’énergie 2017 (en anglais seulement).

Le nouveau portail de BLOOM Water & Beer est un incontournable pour la gestion des eaux usées

« Avec le récent lancement du portail Water & Beer, (en anglais seulement) n’importe quel brasseur peut être un meilleur gestionnaire des eaux », dit Michael Fagan, vice-président directeur du BLOOM Centre for Sustainability. Les brasseurs artisanaux canadiens peuvent maintenant ajouter le nouveau portail unique de gestion des eaux usées à leur trousse toujours grandissante d’outils de développement durable. Le portail offre aux brasseries des modules d’apprentissage sur les bonnes pratiques de gestion des sous-produits et de l’eau qui leur permettront d’économiser temps et argent, tout en réduisant leur empreinte carbone.

M. Fagan explique que les brasseries doivent faire face à des eaux usées hautement résistantes qui touchent les installations de traitement locales et les résultats de l’entreprise. Une gestion des eaux usées sur place, comme indiqué dans Water & Beer, peut résoudre les deux problèmes. « Le fait de concevoir et mettre en œuvre un système de gestion des eaux usées amélioré ne doit pas être vu comme un coût, mais comme une fondation visant à faire des économies », indique M. Fagan.

Les bonnes décisions en matière de gestion des eaux usées se prennent lorsqu’on prévoit et conçoit une nouvelle installation ou un agrandissement, bien que les rénovations puissent également être envisagées, et la plateforme de BLOOM peut éclairer de telles décisions. Par exemple, le plus récent module, Improve Brewery Design, (en anglais seulement) présente la manière dont les décisions en matière d’équipement et de conception des brasseries peuvent grandement influencer le succès des pratiques de gestion de l’eau.

Le module classe les possibilités de gestion de l’eau dans les catégories du drainage et de la résistance des eaux usées. Sous la section « Drainage », des sujets tels que les fosses de relevage pour recueillir et mesurer les eaux usées, et l’installation du drain pour les différents cours d’eau usée font l’objet de discussions. La partie « Gestion de la résistance des eaux usées » du module est axée sur la réduction de la résistance des eaux usées et des déchets au moyen de mesures préventives sur place. Une discussion porte sur l’installation du bassin de régulation afin de maîtriser et contrôler les fluctuations de la résistance et du débit.

De plus, un certain nombre d’études de cas ont été incluses afin d’illustrer la gestion des eaux usées en action. Pour les nouveaux utilisateurs du portail, M. Fagan recommande fortement la vidéo sur les tenants, les aboutissants et les entre-deux (en anglais seulement), la parfaite introduction à la gestion et aux problèmes d’eaux usées. De nouveaux modules seront ajoutés à au fur et à mesure que les nouvelles priorités de l’industrie émergent.

Selon M. Fagan, la rétroaction de l’industrie est positive. « Les utilisateurs ont commenté la simplicité des renseignements et la facilité avec laquelle ils correspondent à leurs organisations. » Les renseignements sont tellement accessibles qu’ils peuvent rapidement être adoptés à n’importe quel moment. Les brasseries les plus récentes, entre autres, apprécient la ressource puisqu’elle leur permet d’éviter « l’apprentissage expérientiel » coûteux, dit M. Fargan. 

Pour de plus amples renseignements sur la plateforme, visitez http://waterandwine.bloomcentre.com/.

Le lancement de la nouvelle norme ANSI pour les systèmes CVC intelligents approche

Le Consortium for Energy Efficiency (CEE) en collaboration avec ses partenaires ouvre la voie à une nouvelle définition des systèmes CVC intelligents. Cette définition fait partie d’une nouvelle norme ANSI intitulée Methods for Coordinated Demand Response in Variable Capacity Residential and Small Commercial HVAC Equipment (Méthodes en réponse à la demande coordonnée de l’équipement CVC résidentiel et commercial de petite taille à capacité variable), et elle est élaborée par un comité de l’Air-conditioning, Heating, and Refrigeration Institute (AHRI). Cela a entraîné des spécifications constantes à l’échelle du pays, une exploitation commune de la marque ENERGY STAR®, une spécification d’installation de qualité ANSI, des protocoles de vérification de la QI, et le répertoire de l’équipement écoénergétique du CEE.

Les appareils connectés ont le potentiel de générer plusieurs avantages pour les fabricants, les clients et les services publics. Par exemple, un grand nombre de services publics atteignent leurs charges maximales d’été quelques jours seulement pendant l’année. En même temps, les pressions environnementales et économiques forcent la fermeture de centrales électriques, surtout celles qui sont plus vieilles et qui fonctionnent au charbon, limitant ainsi la capacité des services publics à résoudre le problème de charges maximales. Tandis que la production provenant de sources renouvelables, notamment le soleil et le vent, offre d’autres options, ces sources sont fondamentalement intermittentes, ce qui représente des défis supplémentaires pour les services publics qui tentent de respecter leur demande de charges maximales, et pourraient créer de nouveaux maximums et minimums qui doivent être équilibrés.

Tandis que la majorité des unités CVC sont déjà en réponse à la demande des programmes « de cycles », les unités connectées ou « intelligentes » qui respectent la nouvelle norme seront en mesure de remplacer ou déployer ces programmes, et de mieux résoudre les charges maximales d’été et mieux équilibrer la production d’énergie renouvelable.

Du point de vue des services publics, une unité CVC « intelligente » doit être en mesure de communiquer au moyen de normes ouvertes, et doit posséder la capacité de gestion des charges qui comprend la réponse à la demande automatisée.

Le CEE s’attend à ce que la nouvelle norme devienne la base dans l’utilisation des programmes d’effacement de consommation. Elle devrait également informer les fabricants au sujet du rendement et de la fonctionnalité de l’équipement CVC pouvant mener à des avantages pour le réseau.

Ce programme vous intéresse? Demeurez à l’affût pour une période de commentaires publics.

Si vous êtes membre du CEE (en anglais seulement), vous pouvez joindre le comité connecté du CEE (en anglais seulement) afin d’émettre vos commentaires tout au long du processus. Le Conseil du CEE a choisi de partager les coûts financiers de l’élaboration de la norme avec AHRI, et Southern California Edison et Duke sont les membres du CEE qui représentent l’industrie de l’effacement de consommation.

Nouveaux Leaders du PEEIC

Secteur de la construction
Cruickshank Construction Limited – Kingston
Miller Paving Limited – Markham

Secteur de la fabrication générale
Aéronergie inc. – Drummondville

Calendrier des événements

Appel d’idées d’articles

Votre entreprise a-t-elle adopté, avec succès, des mesures d’efficacité énergétique que vous aimeriez faire connaître aux lecteurs de L’Enjeu PEEIC? Proposez-nous vos idées d’article : communiquez avec Jocelyne Rouleau à l’adresse jocelyne.rouleau@canada.ca.

Si vous avez besoin de plus amples renseignements sur un article ou un programme, veuillez également communiquer avec Mme Rouleau à l’adresse courriel susmentionnée.

Pour modifier vos coordonnées, mettre fin à votre abonnement ou vous abonner à notre publication pour les bâtiments commerciaux, institutionnels et du gouvernement fédéral L’Enjeu : Bâtir l’efficacité énergétique, allez à la page Abonnez-vous. Si vous avez de la difficulté à accéder à cette page, envoyez un courriel à l’adresse info.ind@rncan-nrcan.gc.ca