Les liens entre la consommation de carburant, les changements climatiques et la santé

Le secteur des transports est responsable de 27 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) au Canada. Les véhicules utilitaires légers, soit les voitures, les fourgonnettes et les camions légers, sont responsables de près de la moitié de ce total. Les constructeurs d'automobiles ont certes réussi à réduire les émissions des principaux contaminants atmosphériques (PCA) des voitures et des camions légers, mais la consommation de carburant et les émissions de dioxyde de carbone (CO2) ont augmenté régulièrement au cours des deux dernières décennies. C'est parce que le CO2, principal GES lié aux changements climatiques, est un sous­produit inévitable de la combustion de combustibles fossiles. La consommation de carburant des véhicules utilitaires légers est plus efficace de nos jours qu'elle l'était dans les années 1970, mais il y a beaucoup plus de véhicules sur la route aujourd'hui, et nous parcourons de plus grands trajets qu'auparavant, consommant ainsi plus de carburant. Une grande partie de la consommation d'énergie au Canada est certes nécessaire, mais il y a des moments où nous pourrions utiliser l'énergie plus efficacement.

Des millions de Canadiens qui conduisent leurs véhicules chaque jour peuvent prendre des mesures pour contribuer à réduire notre consommation de carburant et ralentir le rythme des changements climatiques. Par exemple, on peut réduire de façon importante la consommation de carburant et les émissions de CO2 en planifiant leurs déplacements, en respectant la limite de vitesse, en évitant les démarrages brusques, en maintenant la pression adéquate des pneus ou encore en marchant ou en prenant l'autobus.

Une des façons les plus faciles tient à un tour de clé, en évitant de faire inutilement tourner le moteur au ralenti. Le ralenti n'est pas uniquement un gaspillage d'énergie et d'argent – après tout, le carburant est brûlé inutilement – c'est aussi une source inutile d'émissions de gaz à effet de serre.

Cette mesure, à elle seule, ne réglera pas le problème des changements climatiques. C'est un pas dans la bonne direction et c'est facile! N'oublions pas que si nous faisons chacun notre part, les actions individuelles s'additionnent.

Pensez à certaines des incidences des changements climatiques sur l'environnement et sur notre santé. Les impacts que peuvent avoir les changements climatiques sur l'environnement comprennent tout, depuis les phénomènes météorologiques violents, notamment des tempêtes de pluie plus fréquentes et plus intenses, jusqu'à l'élévation du niveau des mers, aux sécheresses, aux feux de forêts et aux inondations.Note de bas de page 8

Le site Web de Ressources naturelles Canada, Impacts et adaptation liés aux changements climatiques présente d'autres impacts possibles, directs et indirects, des changements climatiques sur notre environnement et notre santé, dans toutes les régions du Canada. Il est important que tous les Canadiens prennent conscience de l'impact de leur consommation d'énergie sur notre environnement et notre mode de vie.

De récentes études de Santé Canada suggèrent que les Canadiens peuvent s'attendre à une vaste gamme d'impacts, dont certains sont déjà connus comme les hivers plus doux et les étés plus chauds. Les étés plus chauds peuvent avoir d'importantes conséquences, notamment les produits chimiques dans l'air qui forment le smog réagissent plus rapidement lorsque les températures sont plus élevées. Les émissions de GES peuvent donc affecter indirectement la qualité de l'air en amplifiant les effets de la pollution atmosphérique, présentant ainsi un risque pour la santé humaine. De plus, il est possible qu'aux endroits où le smog est déjà un problème, les épisodes de smog peuvent être plus intenses, affectant ainsi la qualité de l'air de la santé.Note de bas de page 9

Compte tenu de ces faits, pourquoi quiconque aggraverait-il le problème croissant des changements climatiques en consommant inutilement du carburant? Or, c'est précisément ce qui se passe lorsque les Canadiens font tourner le moteur au ralenti inutilement.

Si les automobilistes canadiens évitaient la marche au ralenti inutile pendant à peine trois minutes chaque jour de l'année, ils économiseraient 630 millions de litres de carburant et éviteraient le rejet inutile dans l'environnement de 1,4 million de tonnes de dioxyde de carbone. Ceci équivaudrait à retirer 320 000 voitures de la circulation annuellement!

Manifestement, les gestes individuels, quand ils sont posés par des millions de Canadiens, peuvent produire des résultats concrets.

Pour obtenir de plus amples informations sur les émissions de gaz à effet de serre (GES), les changements climatiques et leur impact sur l'environnement et la santé, consultez :

Santé Canada :
Compréhension des impacts des changements climatiques sur la santé

Santé Canada :
Les changements climatiques et la santé

REMARQUE: Les liens vers les sites à l'extérieur de Ressources naturelles Canada (RNCan) sont fournis par souci de commodité, et leur inclusion n'implique en aucune façon que Ressources naturelles Canada donne son aval au contenu ou à l'utilisation de ces sites, ni qu'il accepte une quelconque responsabilité pour ceux­ci. Comme les organismes qui maintiennent ces sites peuvent ne pas être assujettis à la Loi sur les langues officielles, l'information que l'on y trouve peut n'être présentée que dans la langue de rédaction.