L’Enjeu : Bâtir l’efficacité énergétique – Volume 3, Numéro 3

Retourner à L’Enjeu : Bâtir l’efficacité énergétique

Volume 3, Numéro 3

L’énergie : un coût fixe? Détrompez-vous!

Les jours où l’on pensait que l’énergie était un coût fixe seront bientôt un lointain souvenir. Bon nombre d’entreprises constatent que lorsqu’on arrête de considérer l’énergie comme un coût fixe inévitable, on découvre de nombreuses façons de gérer et de contrôler, et même de complètement compenser, la consommation et les coûts d’énergie

Les coûts fixes sont les coûts qui demeurent constants, peu importe les activités commerciales, comme le loyer, les bâtiments et la machinerie.

Les coûts variables changent en fonction de l’activité ou du volume de production, et pourraient inclure les salaires, les services publics et les matériaux utilisés dans la production.

Les coûts semi-variables incluent des éléments des deux types, comme l’électricité. La consommation d’électricité d’une usine pourrait varier en fonction des niveaux de production, mais ne sera probablement pas nulle même en période d’arrêt de la production.

Il faut d’abord avoir en main les données sur la consommation d’énergie. Les factures de services publics peuvent procurer de l’information sur la consommation d’énergie au niveau du site qui peut aider à relever les possibilités de réduction des taux et appuyer la planification financière. Les données provenant directement des compteurs procurent instantanément un aperçu de la consommation d’énergie d’appareils ou d’aires de bâtiment particuliers. Vous pouvez utiliser cette information pour apporter immédiatement des modifications en vue de réduire les coûts énergétiques. Que vous analysiez vos factures de services publics ou des données mesurées en temps réel, cette information est un bon point de départ pour relever les possibilités d’économies d’énergie, prioriser les améliorations écoénergétiques et préparer un plan de gestion de l’énergie.

L’analyse comparative du rendement énergétique est un moyen particulièrement efficace d’examiner vos données et de mieux gérer vos factures de services publics. Elle met vos données sur la consommation d’énergie en contexte, en établissant des comparaisons du rendement entre vos bâtiments et avec des bâtiments similaires à l’échelle nationale, ou avec le rendement antérieur de vos bâtiments. Pourquoi ne pas vous-joindre aux nombreux organismes canadiens qui utilisent déjà avec beaucoup de succès ENERGY STAR Portfolio Manager?

Une fois que vous avez recueilli et comparé vos données, il est temps d’agir. Vos résultats peuvent vous aider à relever où l’énergie est gaspillée afin que vous puissiez investir dans certains sites, trouver des moyens de réduire la consommation d’énergie et développer des méthodes plus durables pour produire des biens ou mener les activités commerciales quotidiennes.

Vous ne savez pas par où commencer? RNCan offre une gamme de possibilités en matière de formation, y compris la série d’ateliers reconnus de gestion de l’énergie « Le gros bon $ens ». Les organismes industriels, commerciaux et institutionnels qui s’intéressent à la planification de la gestion de l’énergie, à la gérance énergétique, à la remise au point des bâtiments et à d’autres sujets liés à l’énergie peuvent visiter la page Des ateliers qui vous conduiront au succès pour en apprendre davantage. Outre les ateliers standards, le programme « Le gros bon $ens » offre également ce qui suit :

Pour obtenir de plus amples renseignements sur l’énergie en tant que coût contrôlable, visitez les pages suivantes (en anglais seulement) :
www.ecova.com/ecova/blog/2014/april/energy-is-not-a-fixed-cost.aspx economics.fundamentalfinance.com/micro_costs.php

ENERGY STAR Portfolio Manager procure des cotes de rendement énergétique

Image du bouton de la page d’accès de ENERGY STAR Portfolio Manager

ENERGY STAR Portfolio Manager est l’outil d’analyse comparative du rendement énergétique de choix pour les organismes canadiens cherchant des possibilités d’améliorer leur rendement énergétique. Il est le seul système d’analyse comparative standard à l’échelle nationale utilisant de réelles données canadiennes qui est appuyé par le gouvernement fédéral. L’outil aide les entreprises à identifier les bâtiments peu performants, à investir stratégiquement dans des améliorations écoénergétiques et à effectuer le suivi de l’efficacité des projets d’amélioration. Enfin, Portfolio Manager aidera les organismes à réduire leurs coûts d’exploitation et à accroître leur compétitivité.

Portfolio Manager utilise les données sur le bâtiment et sa consommation d’énergie saisies par l’utilisateur et les compare au parc national de bâtiments similaires, normalisant des facteurs comme le climat local et le taux d’occupation. L’outil procure ensuite une cote ENERGY STAR de 1 à 100, qui repose sur les percentiles. Ainsi, une cote inférieure à 50 signifie qu’un bâtiment a un rendement inférieur à 50 p. 100 des bâtiments similaires. Par contre, une cote supérieure à 50 signifie que le bâtiment a un rendement supérieur à 50 p. 100 des bâtiments. Un bâtiment obtenant une cote de 75 ou plus est considéré comme ayant un bon rendement.

Portfolio Manager offre une série de mesures puissantes pour évaluer le rendement énergétique de vos bâtiments, notamment la cote ENERGY STAR qui est particulièrement utile. Elle donne un aperçu du rendement énergétique à l’aide d’un chiffre facile à comprendre, qui indique la mesure dans laquelle votre bâtiment est performant. Ce chiffre peut vous aider à établir lesquels de vos bâtiments pourraient le plus bénéficier d’améliorations écoénergétiques et à démontrer aux cadres supérieurs la nécessité d’investir. Une cote élevée représente des efforts continus d’amélioration de l’efficacité énergétique et peut être utilisée pour souligner l’engagement de votre organisme à l’égard des initiatives de développement durable et de lutte contre les changements climatiques auprès des clients, des occupants et d’autres intervenants.

Alors qu’une cote ENERGY STAR procure de nombreux avantages, il importe de comprendre ce qu’elle n’offre pas. Étant une mesure du rendement énergétique de l’ensemble du bâtiment, elle ne mesure pas la consommation d’énergie d’appareils ou d’aires du bâtiment particuliers. Elle ne reconnaît aucune technologie particulière du bâtiment et n’explique pas le rendement d’un bâtiment. Toutefois, en mettant en évidence les bâtiments qui ont un bon ou un mauvais rendement, elle peut vous aider à décider quels bâtiments pourraient avoir besoin d’une vérification pour établir où apporter des améliorations. Elle pourrait également vous inciter à relever les pratiques exemplaires dans les bâtiments performants pouvant être reprises dans d’autres bâtiments de votre portefeuille.

À l’heure actuelle, des cotes ENERGY STAR sont offertes pour les immeubles de bureaux commerciaux, les hôpitaux, les écoles du préscolaire au secondaire, les centres médicaux, les résidences pour personnes âgées et les établissements de soins pour les bénéficiaires internes ainsi que pour les supermarchés et les commerces alimentaires. Des cotes pour d’autres types de bâtiments sont en cours d’élaboration, et des valeurs médianes d’intensité énergétique sont offertes pour 86 types de bâtiments. Ces valeurs peuvent être utilisées comme référence pour les types de bâtiment qui ne sont actuellement pas admissibles à une cote ENERGY STAR. Voir la page ENERGY STAR Portfolio Manager pour des types particuliers de bâtiments pour obtenir la liste complète et à jour de tous les types de bâtiments admissibles.

Histoires de réussite de l’analyse comparative du rendement énergétique à l’aide d’ENERGY STAR Portfolio Manager

De plus en plus d’organismes suivent et évaluent la consommation d’énergie de leur portefeuille de bâtiments. ENERGY STAR Portfolio Manager est l’un des outils en ligne les plus conviviaux que les propriétaires et les gestionnaires de bâtiments peuvent utiliser pour assurer une saine gestion de l’énergie. 

Image du logo de la banque TD

Les avantages de Portfolio Manager sont multiples, comme peuvent l’attester les organismes de pointe ayant adopté l’outil. Toronto Dominion (TD) a été la première banque nord-américaine à devenir neutre en carbone et à effectuer le suivi de la consommation d’énergie de tous ses immeubles de bureaux et succursales en Amérique du Nord. Il y a plusieurs années, la banque a décidé d’utiliser Portfolio Manager pour l’ensemble de son portefeuille immobilier nord-américain. TD se sert de Portfolio Manager pour relever les bâtiments peu performants, établir l’incidence des mesures d’efficacité énergétique et comparer son rendement à celui de l’ensemble de l’industrie. À mesure que l’industrie s’améliore, le rendement de base avec lequel TD compare ses bâtiments s’améliore également.

L’initiative Race to Reduce de CivicAction a également eu recours à l’analyse comparative du rendement énergétique dans le cadre de son défi lancé aux immeubles de bureaux de la région du Grand Toronto, qui visait plus de 42 p. 100 du secteur des bureaux d’affaires de la région. Au cours des quatre années du défi, les participants ont réduit de 12,1 p. 100 leur consommation d’énergie collective. En 2015, CivicAction a reconnu plus de 80 organismes lors de sa cérémonie de remise des prix Race to Reduce. Des prix d’excellence pour les efforts de réduction de la consommation d’énergie déployés entre 2011 et 2014 ont été remis à Bentall Kennedy (Canada) pour le meilleur projet d’immobilisations, à la Cadillac Fairview Corporation pour le meilleur projet d’exploitation, et au Oxford Properties Group et à la Banque Royale du Canada pour le meilleur projet de changement culturel et de comportement.

L’analyse comparative a un champion dans le secteur institutionnel : la commission scolaire du Comté de Simcoe. Son école publique de Mundy’s Bay a obtenu le niveau Or de la certification Leadership in Energy and Environmental Design pour les bâtiments neufs (LEED-NC) au cours de l’année scolaire 2009-2010 et, en 2009, elle s’est classée, avec trois autres écoles de la commission, parmi les écoles les plus écoénergétiques du Canada. Par ailleurs, la commission a participé aux programmes pilotes externes d’analyse comparative Sustainable Schools et GREEN UP®. Elle a aussi mis en œuvre un vaste programme de gestion de l’énergie incluant des modernisations ainsi que des améliorations des systèmes d’automatisation des bâtiments et des installations mécaniques.

Crown Realty Partners est copropriétaire et gestionnaire privé d’immeubles de bureaux de taille moyenne dans la région du Grand Toronto qui a aussi bénéficié de l’analyse comparative. L’organisme utilise des outils comme Portfolio Manager pour appuyer la certification de certains de ses bâtiments en vertu du système de cote des bâtiments verts à haute performance de LEED. Crown estime que l’analyse comparative constitue une technique d’économie d’énergie éprouvée qui appuie ses efforts d’amélioration continue, lesquels sont avantageux pour ses résultats nets et ses locataires.

La Ville de Richmond, en Colombie-Britannique, a procédé à l’analyse comparative dans le cadre de son défi de l’énergie (en anglais seulement), qui visait à aider les propriétaires, les gestionnaires et les exploitants à réduire la consommation d’énergie de leurs installations. Le programme, qui a pris fin en 2015, a eu recours à Portfolio Manager pour effectuer le suivi de la consommation d’énergie dans les bâtiments participants et a reconnu les plus performants.

Aux États-Unis, l’analyse comparative est fort prisée et ses utilisateurs obtiennent des résultats remarquables. L’hôtel de ville de Glastonbury, par exemple, a récemment obtenu pour la huitième fois consécutive la cote « ENERGY STAR » de l’Environmental Protection Agency. Cette réussite est en partie attribuable au recours à Portfolio Manager pour comparer son rendement, relever les possibilités d’améliorations et suivre l’incidence de ces améliorations. Celles-ci ont compris notamment l’installation de panneaux solaires, d’appareils d’éclairage à DEL et de détecteurs de mouvement. En outre, la Ville effectue régulièrement l’entretien de ses systèmes de chauffage et de ventilation.

Vous pouvez consulter les histoires de réussites canadiennes avec Portfolio Manager aux pages The benefits of ENERGY STAR Portfolio Manager (en anglais seulement), Race to Reduce (en anglais seulement) et Cercle canadien des champions. Pour de plus amples renseignements sur l’hôtel de ville de Glastonbury, visitez la page Glastonbury Town Hall Earns Eighth Consecutive ENERGY STAR Rating (en anglais seulement).

Vous pouvez aussi consulter les nombreuses ressources sur l’analyse comparative du rendement énergétique offertes par RNCan à la page Ressources de formation en analyse comparative

L’Université Cape Breton devient autosuffisante en matière d’énergie

Image de l’enseigne de  l’Université du Cap Breton

L’Université Cape Breton (UCB) est un chef de file des établissements d’enseignement en matière d’énergie. Grâce à son parc d’éoliennes récemment mis en service et à une multitude de mesures d’efficacité énergétique, l’UCB contribue bien à l’atteinte de l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) du Canada établi à la COP21, qui a eu lieu en décembre 2015 à Paris.

Le développement durable est tissé dans l’étoffe scolaire de l’UCB, un établissement d’enseignement novateur et entrepreneurial offrant une vaste gamme de programmes, notamment sur la sensibilisation au développement durable et la gestion des ressources durables. Grâce à cette philosophie, l’UCB sera la première université nord-américaine à devenir autosuffisante en matière d’énergie et neutre en carbone.

La neutralité en carbone désigne des émissions nettes nulles de CO2 dans l’atmosphère grâce à divers mécanismes, y compris le recours à des sources d’énergie renouvelable et la réduction des émissions de CO2.

L’UCB collaborait déjà avec Efficiency Nova Scotia (Efficiency NS) à un projet d’amélioration de l’éclairage de son aréna quand elle s’est inscrite au programme de gestion de l’énergie sur place. Ce programme permet aux organismes d’avoir sur place un des ingénieurs d’Efficiency NS pour aider les gestionnaires de l’installation à relever et à élaborer des projets d’efficacité énergétique. Grâce à ce programme, l’UCB a été en mesure d’embaucher Mohsin Khan à titre de gestionnaire de l’énergie sur place.

Depuis 2013, l’UCB a mis en œuvre de nombreuses mesures, y compris un réaménagement de son aréna avec des plafonds à faible émissivité, des systèmes de récupération de la chaleur des compresseurs et un système écoénergétique de traitement des eaux, soit des économies annuelles estimatives de 182 700 kWh. Les appareils d’éclairage du plafond en voûte du complexe sportif ont été remplacés par des appareils à DEL dotés de détecteurs de mouvement, ce qui a permis de réaliser des économies annuelles de 174 000 kWh. Les appareils d’éclairage extérieurs ont aussi été remplacés par des appareils à DEL tirant parti de l’éclairage du jour, soit des économies annuelles de 117 000 kWh.

Afin de réduire la consommation d’électricité de 165 000 kWh de plus, deux ailes de l’université ont été dotées de nouveaux appareils d’éclairage et de détecteurs de mouvement. L’UCB a également remplacé 55 vieux réfrigérateurs dans ses résidences par des modèles ENERGY STAR, soit des économies annuelles de 36 000 kWh. L’appareil de traitement de l’air du Campus Centre a été doté de moteurs écoénergétiques, d’entraînements à vitesse variable et d’un système de contrôle automatique du bâtiment, ce qui représente des économies annuelles de 217 000 kWh. M. Khan estime que ces projets permettront de réduire les émissions annuelles de GES (équivalents CO2) de 800 tonnes.

M. Khan ajoute que des compteurs divisionnaires ont été installés sur des appareils particuliers dans certains bâtiments. « Nous pouvons désormais surveiller la consommation d’énergie d’un appareil particulier et isoler les enjeux. Les aires et les bâtiments énergivores sont maintenant dotés de plusieurs compteurs qui envoient des données au système d’information sur la gestion de l’énergie du campus, procurant des analyses en temps réel de la consommation d’énergie. »

L’UCB a recours à Building OS dans le nuage comme logiciel de gestion de l’énergie, lequel met immédiatement à jour l’information dans le compte ENERGY STAR Portfolio Manager de l’UCB.

L’autosuffisance grâce au parc éolien

Une des principales mesures prises par l’UCB à l’égard de l’autosuffisance énergétique est son parc éolien, qui a entré en service en janvier 2016. En 2012, l’UCB a amorcé la planification du parc à trois éoliennes d’une capacité de 5,4 MW qui devrait produire annuellement 16 200 MWh d’électricité – soit près de deux fois la consommation d’énergie de l’université et l’équivalent d’une réduction de 15 000 tonnes d’équivalents CO2. Les émissions totales de toute l’énergie consommée au campus sont estimées à seulement 8 000 tonnes d’équivalents CO2.

M. Khan signale que l’UCB a mis en place une équipe et un champion de l’énergie qui se rencontrent régulièrement pour relever et mettre en œuvre des projets. En outre, des étudiants des quatre résidences ont participé à une compétition de développement durable entre les 21 et 28 janvier 2016. Et il y a plus encore à venir, souligne M. Khan. Une vérification énergétique des pompes de l’université a relevé une possibilité de remplacer approximativement 100 pompes par des modèles électriques à fréquence variable. Il prévoit que ce projet sera lancé en 2016 et permettra à l’université d’économiser un peu moins de 160 000 kWh par année.

Joignez-vous à l’UCB dans ses efforts d’autosuffisance et d’efficacité énergétique. Visitez la page Pourquoi l’efficacité énergétique? de RNCan pour découvrir d’autres avantages et, à l’instar d’UCB, joignez les milliers d’autres universités et collèges qui ont déjà recours à l’analyse comparative et à Portfolio Manager. Vous êtes encore indécis? Visitez la page L’importance de l’analyse comparative du rendement énergétique de RNCan.

Pour consulter les sources complètes du présent article, visitez les sites Web suivants (en anglais seulement) : www.cbu.ca/news-events/story/has-cape-breton-university-achieved-a-global-first-on-climate-change-just-in-time-for-cop21/ (communiqué) et http://atlantic.ctvnews.ca/cbu-to-become-first-energy-self-sufficient-campus-in-north-america-1.2666579.

Demande de manifestation d’intérêt

Ressources naturelles Canada demande aux organismes de formation intéressés par un contrat d’octroi de licence commerciale leur permettant de gérer la présentation des ateliers « Le gros bon $ens » destinés à des organisations des secteurs industriel, commercial et institutionnel dans l’ensemble du Canada de manifester leur intérêt. Veuillez consulter le site Web de Commercialisation et occasions de concession de licences pour de plus amples renseignements et pour savoir comment manifester votre intérêt.

Qu’en dites-vous?

L’Enjeu : Bâtir l’efficacité énergétique est publié par l’Office de l’efficacité énergétique de Ressources naturelles du Canada et distribué tous les mois à 16 000 abonnés. Son objectif consiste à offrir des nouvelles et des informations utiles sur les programmes, les services et les activités en lien avec l’efficacité énergétique dans les bâtiments commerciaux et institutionnels, et également à communiquer les histoires de réussite des organismes qui ont apporté des changements positifs. Aidez-nous à diffuser le message en envoyant le présent lien à vos collègues. Nous vous invitons à vous abonner à notre publication sœur portant sur l’efficacité énergétique dans les établissements industriels, L’Enjeu PEEIC.

Nous invitons les lecteurs à nous faire part de leurs commentaires ou à nous communiquer leurs idées d’articles.