Avant-propos-FRTCSC

Les changements climatiques, causés par les émissions anthropiques de gaz à effet de serre, sont un problème d’envergure planétaire dont la portée se compte en siècles. Ils posent des risques clairs caractérisés par d’importantes incertitudes quant aux coûts et aux avantages des mesures d’atténuation. Ils fournissent par ailleurs des occasions appréciables de mettre au point de nouvelles technologies de l’énergie et de tirer des avantages supplémentaires des ressources du Canada par la capture, le transport et l’utilisation du dioxyde de carbone pour l’amélioration de la récupération du pétrole et du gaz, cela à titre de première étape de la capture et du stockage géologique du dioxyde de carbone. La capture et le stockage occupent une place importante dans l’éventail des options de réduction des émissions qui comprennent la conservation de l’énergie, l’efficacité énergétique et les combustibles de remplacement, car la capture et le stockage s’attaquent directement aux émissions des combustibles fossiles tout en permettant d’obtenir des réductions importantes de gaz à effet de serre dans un proche avenir.

L’ampleur du problème ne doit pas être sous-estimée, comme le montrent les tendances historiques, car bien que l’efficacité des appareils électriques, des ampoules électriques, des turbines et des autres équipements industriels se soit accrue de 30 à 50 % au cours des trois dernières décennies, la consommation d’énergie a plus que doublé. Cela s’explique en partie par l’accroissement phénoménal de la consommation d’énergie électrique qui alimente notre ère électronique. Nous devons aussi tenir compte de l’augmentation de la population mondiale (qui devrait atteindre 9,8 milliards de personnes au milieu du présent siècle), de l’écart entre les économies des pays industrialisés et celles des pays en développement, et le fait que 40 % environ de la population mondiale n’a pas actuellement accès aux sources d’énergie modernes. Tout cela vient s’ajouter à la croissance économique moyenne réelle mondiale que l’on estime de 2 à 3 % par année au cours des 50 prochaines années, ce qui porte à croire que les gains obtenus par la conservation et l’efficacité seront annihilés par la croissance de la consommation d’énergie.

On peut donc croire que le monde aura besoin de toutes les sources d’énergie pouvant être utilisées et toutes les projections indiquent une croissance de l’utilisation des combustibles fossiles au cours du XXIe siècle. L’espoir d’une économie à faibles émissions fondée sur l’hydrogène permettant de remplacer l’économie actuelle fondée sur les combustibles fossiles est encore loin d’être réalisé. Par conséquent, toute mesure prise pour stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère devrait être perçue comme une mesure à long terme visant à ralentir la tendance actuelle des émissions avant de pouvoir la renverser.

Une façon de réduire la quantité de carbone lié à l’utilisation actuelle de combustibles fossiles à des fins énergétiques consiste à capturer le dioxyde de carbone pour ensuite le transporter et le stocker dans des formations géologiques. La présente Feuille de route technologique sur la capture et le stockage du CO2 (FRTCSC) a pour objet de définir un cadre bien étayé pour un examen des risques techniques et des coûts économiques appuyé par une connaissance scientifique des aspects liés à la géologie, à la géotechnique, à la gestion des réservoirs et au génie de la capture et du stockage. Cette démarche permet actuellement de cerner un éventail de solutions possibles pour orienter les décisions stratégiques de même que l’approche nationale à adopter en matière de collaboration internationale. La présente feuille de route doit être perçue comme une première étape essentielle pour rendre le Canada plus concurrentiel à titre d’exportateur de ressources énergétiques important et en croissance.

La réussite de la présente feuille de route à encadrer les discussions sur la capture et le stockage du CO2 dans le but d’obtenir une réduction des gaz à effet de serre au Canada exige que l’industrie et les gouvernements collaborent pour combler les lacunes en matière d’innovation et élaborer des mécanismes de partage du risque afin de réduire les risques inhérents à la mise en œuvre coûteuse de l’infrastructure et des systèmes. L’atteinte des objectifs de la FRTCSC permettrait donc d’accélérer les efforts de collaboration et de donner une même orientation aux bailleurs de fonds, aux chercheurs, à l’industrie et aux gouvernements afin que soit réalisée la vision portée par cette feuille de route.

Dr Eddy Isaacs, directeur général
Alberta Energy Research Institute

Télécharger la feuille de route technologique sur le captage et le stockage du CO2 au Canada :

Basse résolution (PDF, 2,3 Mo)
Haute résolution (PDF, 3,3 Mo)